Article

12 faits fascinants sur les corbeaux

Les corbeaux ont souvent mauvaise réputation. Dans de nombreuses cultures occidentales, ils ont historiquement été associés à la mort, à la maladie et à de mauvais présages ; vilipendés comme des voleurs de récoltes par les agriculteurs et condamnés comme des nuisances par les citadins. Mais les oiseaux sont des créatures fascinantes, adaptables et intelligentes à un point presque effrayant. Voici quelques faits sur ces corvidés rusés qui pourraient vous surprendre.

1. Tous les corbeaux et corbeaux appartiennent au même genre.

Membres du genreCorvuspeut être trouvé sur tous les continents à l'exception de l'Antarctique et de l'Amérique du Sud (bien que d'autres parents proches y vivent). À ce jour, les scientifiques ont nommé 40 espèces. Familièrement, certains d'entre eux sont appelés corbeaux tandis que d'autres sont appelés corbeaux, corbeaux ou choucas.

Historiquement, le nomcorbeaua été donné à plusieurs des grosCorvusoiseaux avec des plumes hirsutes sur le cou. Les membres de taille moyenne du genre sont généralement appeléscorbeaux, tandis que les plus petites espèces portent le nomchoucas. Il y a aussi une valeur aberrante à gros bec connue sous le nom defumée, qui a été nommé d'après le son inhabituel qu'il fait. Mais aussi répandues que soient ces étiquettes, elles ne sont pas scientifiques et ne reflètent pas les dernières recherches. Malgré son nom informel, le soi-disant corbeau australien s'apparente davantage au corbeau torrésien qu'au grand corbeau.

Aux États-Unis, quand les gens parlent de corbeaux et de corbeaux, ils font généralement référence au corbeau américain (Corvus brachyrhynchos) et le grand corbeau (Corvus corax). Les distinguer peut être difficile, mais c'est possible pour les ornithologues amateurs. Un grand indicateur est la taille : le grand corbeau est beaucoup plus gros, à peu près de la taille d'une buse à queue rousse. Il a également une queue plus en forme de coin. Comme l'écrit Kevin J. McGowan du Cornell Lab of Ornithology sur sa page FAQ sur les corbeaux, les corbeaux planent plus longtemps que les corbeaux et vous pouvez voir à travers les plumes de leurs ailes lorsqu'ils volent (entre autres différences). Et les appels des oiseaux sont sensiblement différents. 'Les corbeaux américains rendent le familiercaw-caw, mais ont également un large répertoire de hochets, de clics et même de notes claires en forme de cloche », écrit McGowan, tandis que les corbeaux communs ont « un coassement profond et réverbérant ougronk-gronk. Ce n'est qu'occasionnellement qu'un corbeau lance un appel semblable à celui d'un corbeaucroasser, mais même alors, il est si profond qu'il est assez facile de le distinguer d'un vrai corbeau.'

Vous pouvez entendre des vocalisations de corbeau ici et des vocalisations de corbeau ici.

2. Les frères et sœurs corbeaux plus âgés peuvent aider leurs parents à élever des poussins nouveau-nés.

Comme beaucoup d'animaux intelligents, la plupart des corbeaux sont assez sociaux. Par exemple, les corbeaux américains passent la majeure partie de l'année à vivre en couple (ils s'accouplent généralement pour la vie) ou en petits groupes familiaux. Pendant les mois d'hiver, ils se rassemblent avec des centaines voire des milliers de leurs pairs pour dormir ensemble la nuit dans une unité communale tentaculaire appelée perchoir.

Au moment de la nidification, un couple de corbeaux accouplé pourrait avoir la chance de recevoir de l'aide pour élever des poussins. On voit fréquemment des oiseaux juvéniles défendre le nid de leurs parents contre les prédateurs. D'autres services qu'ils peuvent fournir incluent apporter de la nourriture à maman et papa, ou nourrir directement leurs jeunes frères et sœurs. Une étude a révélé que 80 pour cent des nids de corbeaux américains étudiés avaient un coup de main. Et certains oiseaux deviennent des assistants de nid réguliers, aidant leurs parents pendant plus d'une demi-décennie.



3. Quand un corbeau meurt, ses voisins peuvent avoir des funérailles.

La vue d'un corbeau mort a tendance à attirer une foule d'une centaine de corbeaux vivants ou plus. Au cours de ce rituel, les corbeaux vivants ne touchent presque jamais le mort, ce qui interdit le pillage comme motif. Pourquoi font-ils cela? Certaines études suggèrent que le rassemblement de masse fait partie d'une stratégie de survie : les oiseaux découvrent les menaces et semblent hésiter à revisiter n'importe quel endroit où ils ont rencontré un corbeau mort, même si la nourriture y est abondante.

4. Les corbeaux ont causé des pannes d'électricité au Japon.

Depuis les années 1990, les corbeaux ont connu un boom démographique au Japon, où, ce qui n'est pas un hasard, les déchets délicieux sont plus abondants que jamais. C'est une mauvaise nouvelle pour les compagnies d'électricité. Les corbeaux urbains aiment nicher sur des transformateurs électriques et utilisent souvent des cintres ou des câbles à fibres optiques comme matériaux de construction pour leurs nids. Le résultat a été une épidémie de pannes d'électricité causées par les corbeaux dans les grandes villes du Japon : entre 2006 et 2008, les corvidés ont volé près de 1400 câbles à fibres optiques aux fournisseurs d'électricité de Tokyo, et selon la compagnie électrique Chubu, les corvidés sont responsables d'environ 100 défaillances par an dans leurs seules installations.

Pour riposter, Chubu a commencé à installer des « nids d'amour » artificiels en 2004. Fabriqués avec de la résine non conductrice, les nids sont placés sur des tours d'entreprise bien au-dessus des lignes électriques, où les oiseaux sont peu susceptibles de causer des problèmes. La stratégie semble fonctionner : 67 % des faux nids sont actuellement utilisés, ce qui facilite grandement la vie des employés de Chubu.

5. Proportionnellement, le cerveau de certains corbeaux est plus gros que le vôtre.

Selon McGowan, les corbeaux sont 'plus intelligents que de nombreux étudiants de premier cycle, mais probablement pas aussi intelligents que les corbeaux'.

Les corbeaux sont si intelligents et si doués pour l'improvisation que certains zoologistes les appellent avec admiration des 'singes à plumes'. Et pourtant, du point de vue d'un primate, la cervelle de corbeau peut sembler chétive. Le corbeau de Nouvelle-Calédonie, par exemple, a un cerveau qui ne pèse que 0,26 once. Mais par rapport à sa taille corporelle, ce cerveau est énorme, représentant 2,7% du poids total de l'oiseau. En comparaison, le cerveau de trois livres d'un humain adulte représente 1,9% de son poids corporel.

De tous les oiseaux vivants, les corbeaux, les corbeaux et les perroquets ont le plus grand rapport taille cerveau/corps. Et lors d'expériences en laboratoire, ces oiseaux montrent un degré de cognition qui les met à égalité avec les grands singes. En fait, des recherches ont montré qu'ils ont une densité de neurones beaucoup plus élevée dans leur cerveau antérieur que les primates. On pense que la quantité de neurones dans cette région est en corrélation avec l'intelligence d'un animal donné. Théoriquement, avoir plus de neurones se traduit par un meilleur raisonnement cognitif.

Une étude de 2020 a examiné si les corbeaux, comme les humains et les grands singes, peuvent démontrer leur conscience. Les cerveaux des corbeaux n'ont pas de cortex cérébral, où se produit la majeure partie de la perception consciente du cerveau des primates. Les chercheurs ont suivi l'activité cérébrale de deux corbeaux alors qu'ils effectuaient différentes tâches et ont découvert qu'ils pouvaient percevoir les entrées sensorielles, suggérant qu'il y a beaucoup plus à comprendre sur l'évolution de la conscience.

6. Les corbeaux ont des dialectes régionaux.

A part le fameuxcroasserbruit, les corbeaux émettent un certain nombre d'autres sons. Chacun envoie un message différent ; par exemple, croasser peut être utilisé comme un avertissement territorial ou un moyen pour les corbeaux de signaler leur emplacement à leurs proches.

Cette langue aviaire n'est pas homogène ; deux populations différentes de corbeaux peuvent présenter de légères différences. Comme l'ornithologue John M. Marzluff et l'auteur Tony Angell l'ont noté dans leur livre de 2005En compagnie des corbeaux et corbeaux, les cris que ces oiseaux utilisent « varient selon les régions, comme les dialectes humains qui peuvent varier d'une vallée à l'autre ». Si un corbeau change de groupe social, l'oiseau essaiera de s'intégrer en parlant comme les gars populaires. « Quand les corbeaux rejoignent un nouveau troupeau », ont écrit Marzluff et Angell, « ils apprennent le dialecte du troupeau en imitant les appels des membres dominants du troupeau ».

7. Certains corbeaux peuvent lire les feux de circulation.

Au Japon, les corneilles noires (Corvus corona) utilisent des voitures comme des casse-noix surdimensionnés. Les oiseaux ont appris à emporter des noix - un régal préféré - jusqu'aux intersections routières, où ils déposent les collations à coque dure sur le trottoir. Le corbeau attend alors qu'un véhicule qui passe écrase la noix, après quoi il fondra et mangera le délicieux intérieur.

C'est un tour risqué, mais les corbeaux ne sont généralement pas écrasés parce que (contrairement à certaines personnes) ils ont compris ce que signifient les feux de circulation. Les corbeaux attendent que le feu devienne rouge avant de s'envoler pour placer l'écrou non fissuré sur la route. A la seconde où le feu passe au vert, le corbeau s'envole pour regarder de loin la noix se faire écraser ; il attendra même que le prochain rouge ramasse l'intérieur de la noix.

Ce comportement ne se limite pas à une seule espèce de corvidé : des corbeaux américains ont été observés en train de faire la même chose en Californie.

8. Les corbeaux peuvent reconnaître votre visage et garder rancune.

Vous ne voulez pas d'un corbeau pour ennemi. En 2011, une équipe de l'Université de Washington a publié une étude remarquable sur la matière grise des corbeaux locaux. L'objectif des chercheurs était de déterminer dans quelle mesure les oiseaux pouvaient identifier les visages humains. Alors, au nom de la science, ils sont sortis et ont acheté deux masques d'Halloween : l'un ressemblait à un homme des cavernes, l'autre ressemblait à Dick Cheney. Il a été décidé que la tenue d'homme des cavernes serait utilisée pour menacer les oiseaux, tandis que le masque Cheney était relégué au statut de contrôle.

Sur les cinq sites, un scientifique a enfilé le masque d'homme des cavernes avant d'attraper et de baguer des corbeaux sauvages. Se faire piéger n'est jamais une expérience amusante, et lors de leur libération, les ex-captifs ont bruyamment « réprimandé » leur agresseur avec un croassement menaçant. Voyant cela, d'autres oiseaux qui étaient assis à proximité se sont joints à la mêlée, se précipitant pour harceler le visiteur néandertalien. Sur une période de plusieurs années, les deux masques ont été régulièrement portés par les membres de l'équipe lors de promenades dans les cinq sites de test. Sans faute, le masque de l'homme des cavernes a été accueilli par des réprimandes en colère et des attaques à la bombe en piqué de corbeaux - dont beaucoup n'avaient jamais été capturés ou bagués - tandis que les oiseaux ignoraient en grande partie le masque de Dick Cheney.

Étonnamment, le déguisement d'homme des cavernes a continué de provoquer une réaction hostile cinq ans après le début de l'expérience, même si l'équipe avait cessé de piéger les corbeaux après ces premières visites sur place. Et certains des oiseaux qui ont contrarié le porteur de masque n'étaient même pas vivants lorsque tout a commencé. Les jeunes corbeaux n'auraient pas pu voir l'imitation de l'homme des cavernes saisir une de leurs connaissances, mais ils l'ont quand même réprimandé. De toute évidence, la rancune avait été transmise; les oiseaux attaquaient encore le masque aussi récemment qu'en 2013.

La morale de cette histoire? Faites attention à vos manières autour des corbeaux. Parce que si vous les maltraitez, ils ne vous oublieront pas et leurs amis non plus, ni la prochaine génération.

9. Les corbeaux calédoniens fabriquent et utilisent des outils.

De nombreux animaux non humains, y compris les chimpanzés et les orangs-outans, créent des outils utiles qui les aident à survivre dans la nature. Le corbeau de Nouvelle-Calédonie (Corvus moneduloides) est l'une des deux seules espèces de la planète à pouvoir fabriquer ses propres hameçons dans la nature. L'autre s'appelleHomo sapiens. L'aviaire du Pacifique Sud utilise les crochets - qui sont faits de brindilles flexibles que les corbeaux plient à l'aide de leur bec et de leurs pattes en forme de J - pour extraire les insectes des crevasses étroites.

quel était le nom original du réseau de télévision par câble hbo

Un autre attribut surprenant est le bec de cette espèce. Contrairement à pratiquement tous les autres oiseaux, le corbeau de Nouvelle-Calédonie a un bec qui ne se courbe pas vers le bas. Pendant des années, la bizarrerie est restée inexpliquée, mais les scientifiques pensent maintenant que le bec unique de l'aviaire a évolué pour l'aider à saisir plus facilement les outils, ainsi qu'à mieux voir ce que fait l'outil.

Le corbeau de Nouvelle-Calédonie n'est pas le seul expert en outils de la famille des corvidés. En 2016, des scientifiques de l'Université de St. Andrews ont démontré que le corbeau hawaïen ultra-rare, ou 'Alalā (Corvus hawaiiensis), est également apte à utiliser et à modifier des outils.

10. Les corbeaux combattent les prédateurs en se liguant contre eux.

Les corbeaux doivent faire face à une ménagerie de prédateurs, tels que les faucons, les hiboux, les coyotes et les ratons laveurs. Pour les éloigner, les corvidés exploitent le fait qu'il peut y avoir de la force dans le nombre. En voyant un attaquant potentiel, les corbeaux sont connus pour se rassembler, certains groupes comprenant une douzaine d'oiseaux ou plus. Des corbeaux individuels fondent ensuite pour donner des coups de passage avec leur bec, infligeant souvent de graves blessures corporelles au cours du processus. Si tout se passe bien, la cible reculera, même si elle peut tuer quelques-uns des bombardiers en piqué avant qu'ils ne battent en retraite. Les corvidés ne sont en aucun cas les seuls oiseaux à attaquer les attaquants potentiels. Les hirondelles, les mésanges et même les colibris ont tous été documentés faisant cela. En fait, les corbeaux sont parfois les victimes de la violence des foules, car les oiseaux chanteurs plus petits se sentent souvent menacés par eux et se déchaînent collectivement.

11. Les corbeaux comprennent une chose ou deux au sujet du contrôle des impulsions.

Une étude de 2014 montre qu'au moins certains corvidés peuvent résister à l'envie d'une gratification instantanée, si cela en vaut la peine. La recherche a été dirigée par Friederike Hillemann, étudiante diplômée de l'Université de Göttingen, dont l'équipe a rassemblé cinq corbeaux communs et sept corneilles. Grâce à une prise de notes minutieuse, les scientifiques ont découvert quels étaient les plats préférés des 12 animaux. Puis l'expérience a commencé.

D'une main tendue, l'un des chercheurs a donné à chacun de leurs oiseaux un morceau de nourriture. Ensuite, on a montré aux animaux un autre morceau de larve. On a fait comprendre aux corvidés que s'ils préféraient la deuxième option, ils pouvaient échanger des collations, mais seulement s'ils étaient prêts à s'asseoir patiemment pendant un certain temps d'abord. Si un oiseau mangeait la friandise d'origine pendant cette période, il perdait la possibilité de l'échanger contre une nouvelle.

Les résultats de Hillemann ont montré que les corneilles et les corbeaux ne craignaient pas d'attendre une option de collation améliorée. En tant que tel, un oiseau avec un morceau de pain se contentait de s'asseoir tranquillement s'il savait qu'un peu de graisse de porc frite finirait par être gagnée dans le compromis. Cependant, si le deuxième choix de ce même oiseau était un autre morceau de pain, s'asseoir serré serait inutile. Donc, naturellement, les corvidés qui ont été placés dans ce genre de situation avaient tendance à aller de l'avant et à manger tout ce qu'on leur avait donné. Pourquoi attendre plus de la même chose?

12. VOUS POUVEZ APPEL À UN GROUPE DE CORBEAU UN MEURTRE, MAIS CERTAINS SCIENTIFIQUES PRÉFÉRERAIT QUE VOUS NE LE FAISEZ PAS.

Selon l'Oxford English Dictionary (OED), le terme correct pour un groupe de corbeaux est unmeurtre, une expression que les ornithologues amateurs et les poètes utilisent depuis au moins le XVe siècle, qui, selon l'OED, pourrait faire allusion à « l'association traditionnelle du corbeau avec la mort violente, ou … à son cri rauque et rauque ». Mais il est peut-être temps de trouver un remplaçant. McGowan déteste l'expression 'meurtre de corbeaux'. Pour lui, cela ne fait que nourrir le regard négatif du public sur les animaux. 'Ces oiseaux ne sont pas une bande de méchants méchants', écrit-il dans le livreBirdologie. « Ces oiseaux ne sont que des oiseaux. McGowan voudrait également que vous sachiez que les corbeaux américains se classent parmi «les oiseaux les plus axés sur la famille au monde».