Article

13 horribles blessures au hockey

Le hockey est un jeu difficile. Les joueurs laissent tomber leurs gants pour s'engager dans des combats à mains nues. Ils foncent sur la glace à des vitesses comprises entre 20 et 30 mph, écrasant les adversaires contre les planches et entrant en collision avec une force écrasante. Et ils font tout cela avec des bâtons dans leurs mains et des lames très tranchantes attachées à leurs pieds, ce qui rend remarquable qu'il n'y ait eu qu'un seul décès directement lié à un incident sur glace dans la LNH.

Avant le coup d'envoi des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014, revenons sur certaines des blessures les plus brutales de ce sport et comment certaines d'entre elles ont rendu le sport plus sûr.

Avertissement : Certaines des vidéos de cet article sont difficiles à regarder. Évitez-les si vous êtes dégoûté.

1. Coupe jugulaire ouverte de Clint Malarchuk

Clint Malarchuk n'était le gardien des Sabres de Buffalo que depuis 16 jours lorsque, le 22 mars 1989, le patin de l'ailier droit des Blues de St. Louis, Steve Tuttle, lui a fait une entaille de six pouces sur le côté du cou, lui tranchant la jugulaire. veine. L'entraîneur des Sabres Jim Pizzutelli est arrivé à Malarchuk en seulement 10 secondes et a fait pression sur la blessure avec une serviette. Le gardien a patiné hors de la patinoire et a été transporté à l'hôpital en ambulance, où il a demandé à un ambulancier paramédical : « Pouvez-vous me faire revenir pour la troisième période? Malarchuk a subi une intervention chirurgicale d'urgence (il a fallu 300 points de suture pour refermer la plaie) et a pu s'adresser aux médias dès le lendemain : « Pendant que mon cœur battait, il giclait », a-t-il déclaré. « Je pensais que j'étais en train de mourir à ce moment-là, vraiment. Je savais que c'était ma veine jugulaire et je pensais que je n'avais pas longtemps à vivre. Il a raté cinq matchs de saison régulière.

combien de temps vivent les lapins géants flamands

2. Marc Staal prend une rondelle dans les yeux

Le 5 mars 2013, le défenseur des Rangers de New York Marc Staal a décoché un tir frappé — qui a été tiré par le défenseur des Flyers de Philadelphie Kimmo Timonen, puis dévié d'un bâton — dans l'œil. Staal ne portait pas de visière. 'Je ne pouvais rien voir, et c'était assez effrayant', a-t-il déclaré à propos de la blessure. «Je pouvais voir un point de lumière. Je pouvais voir une ampoule. Mais la main du gars serait devant mon visage, et il n'y aurait rien là-bas.

Staal a tenté de retourner sur la glace pour les séries éliminatoires cette année-là, mais il n'était pas prêt et est finalement revenu en septembre. À partir de la saison 2013-2014, la LNH a rendu les visières obligatoires pour tous les joueurs entrant dans la ligue (ceux qui étaient déjà dans la ligue pouvaient décider eux-mêmes de porter ou non des visières).

3. Le testicule 'lance' de Nicklas Lidstrom



Getty Images

Lors du troisième match de la finale de la Conférence Ouest 2009, le capitaine des Red Wings de Detroit Nicklas Lidstrom a subi une « blessure presque catastrophique » au testicule lorsqu'il a été « lancé » par le bâton de l'attaquant des Blackhawks de Chicago Patrick Sharp. Croyez-le ou non, Lidstrom n'a pas immédiatement été opéré ; en fait, il s'entraîna le lendemain. 'Je pensais que tout allait bien ce samedi-là quand je me suis entraîné', a déclaré Lidstrom, 'mais dimanche, dimanche, j'avais trop mal. J'ai été opéré pendant [le quatrième] match.' Les médecins ne savaient pas s'ils seraient en mesure de sauver son testicule - « Quand j'ai vu le médecin pour la première fois le matin, il m'a demandé si j'avais des enfants et si j'avais l'intention d'en avoir d'autres » - mais ils l'ont fait, et Lidstrom était de retour sur la glace une semaine seulement après l'opération.

4. La gorge de Richard Zednik se fait couper

Dix-neuf ans après la blessure de Malarchuk, lors d'un match du 10 février 2008 contre les Sabres, l'artère carotide de l'attaquant des Panthers de la Floride Richard Zednik a failli être sectionnée par le patin de son coéquipier Olli Jokinen. Il a rapidement patiné hors de la glace et a été transporté d'urgence à l'hôpital. Une blessure de ce type 'pourrait être mortelle, mais je ne dirais pas qu'il était proche de la mort', a déclaré plus tard le chirurgien orthopédiste des Sabres Les Bisson, qui a soigné Zednik. 'Si vous pouvez arrêter le saignement, alors vous avez un peu de temps … Je ne dirais à aucun moment où nous pensons:' Il va mourir maintenant. ' Zednik n'est pas retourné sur la glace pendant sept mois.

5. La blessure à l'oreille d'Eddie Shore

Temple de la renommée du hockey

Lors d'un entraînement au cours de la saison 1925-1926, les joueurs des Bruins de Boston Eddie Shore et Bill Coutu s'y sont mis. Pendant le combat, l'oreille de Shore a failli être arrachée, peut-être par le bâton de Coutu. De nombreux médecins ont dit qu'il faudrait l'amputer - il était suspendu à un fil de chair - mais l'un d'eux a accepté de le rattacher. Shore a refusé une anesthésie et a tenu un miroir pendant que le médecin recousait l'oreille. 'J'étais juste un garçon de ferme qui ne voulait pas que son apparence soit gâchée', a déclaré Shore. « Je lui ai fait changer la dernière maille ; il aurait laissé une cicatrice ! Il a déclaré s'entraîner le lendemain avec un casque (qui n'était pas obligatoire dans la LNH avant 1979).

6. Max Pacioretty se fait frapper par Zdeno Chara

Après cet échec brutal de l'énorme capitaine des Bruins de Boston Zdeno Chara (il mesure 6' 9'sans pour autantpatins) lors d'un match de mars 2011, l'attaquant des Canadiens de Montréal Max Pacioretty s'est allongé sur la glace pendant sept minutes avant d'être transporté sur une civière.Sports illustrésMichael Farber a décrit le coup, qui a laissé Pacioretty avec une grave commotion cérébrale et une fracture cervicale non déplacée de la quatrième vertèbre :

Le défenseur des Bruins de Boston Zdeno Chara a poussé Pacioretty dans le montant rembourré qui sépare les bancs du Centre Bell. La tête de Pacioretty a heurté ce que le gardien des Canadiens Carey Price appellerait plus tard «le tendeur», et Pacioretty a craqué en arrière, tombant sur la glace comme une poupée Raggedy Ann.

La rondelle était loin de Pacioretty à ce moment-là, ce qui rend le coup illégal. Chara a écopé d'une pénalité majeure de cinq minutes et d'une inconduite de match, mais aucune suspension. Pendant ce temps, à Montréal, les fans appelaient le 911 pour signaler le coup de Chara, et Québec envisageait de porter des accusations contre le capitaine. Pacioretty a récupéré à temps pour jouer lors de la saison 2011-2012.

7. Stéphane Robidas se casse la jambe sur les planches

Lors du match du 29 novembre 2013 contre les Blackhawks de Chicago, le défenseur des Stars de Dallas, Stéphane Robidas, a tenté de bloquer une passe, est tombé et a glissé avec force dans les planches de fond, coinçant sa jambe droite entre eux et son corps à un angle gênant. Il a été retiré de la glace sur une civière. 'Je me suis cassé les deux os, le tibia et le péroné, et là où je me suis cassé le mien, c'est plus près de la cheville', a-t-il déclaré plus tard.

La pause a nécessité une intervention chirurgicale et Robidas n'a plus jamais joué pour les Stars. Il a été échangé aux Ducks d'Anaheim début mars 2014, et a fait ses débuts avec les Ducks peu de temps après.

8. Ted Green est coupé par Wayne Maki

Lors d'un match d'exhibition en septembre 1969, l'ailier gauche des Blues de St. Louis Wayne Maki et le défenseur des Bruins de Boston Ted Green se sont livrés à un combat au bâton que le diffuseur Dan Kelly a qualifié de « l'un des échanges les plus horribles et les plus violents que j'aie jamais vus au hockey ». Les deux hommes étaient ensanglantés, mais le combat s'est terminé lorsque Maki a frappé Green à la tête, laissant Green avec un crâne fracturé et une lésion cérébrale. Selon Kelly, « j'ai pu voir tout de suite que Green était grièvement blessé. Lorsqu'il a essayé de se lever, son visage s'est déformé et ses jambes ont commencé à se déformer sous lui. C'était affreux. Je suis presque tombé malade physiquement en le regardant lutter parce que je savais que c'était très, très grave. Je m'en souviens comme si c'était hier.

Les deux hommes ont été accusés de voies de fait, et la LNH les a suspendus et leur a infligé une amende tous les deux—Maki pendant 30 jours et Green pendant 13 matchs. Bien qu'il ait raté le reste de cette saison, Green est revenu au jeu et a joué pendant une autre décennie.

des choses qui sont illégales aux États-Unis mais légales dans d'autres pays

9. L'artère fémorale de Zach Redmond est coupée

Après la chute du défenseur des Jets de Winnipeg Zach Redmond lors d'une séance d'entraînement le 20 février 2013, un coéquipier a accidentellement glissé sur sa cuisse, lui coupant l'artère fémorale. «Je n'ai pas vraiment senti la coupure. Je ne sais pas si j'étais sous le choc ou quoi, mais la coupure en elle-même ne m'a pas fait mal », a déclaré Redmond. « Puis, en voyant le sang, ce choc initial était comme : « Whoa ! »

Son coéquipier Anthony Peluso a appliqué une pression sur la plaie et Redmond a été transporté d'urgence à l'hôpital, où il a subi une intervention chirurgicale de trois heures pour réparer la coupure. Il patinait à nouveau six semaines plus tard.

10. Jeremy Roenick se fait casser la mâchoire par Derian Hatcher

Lors d'un match de décembre 1999 entre les Stars de Dallas et les Coyotes de Phoenix, le défenseur des Stars Derian Hatcher a frappé l'attaquant des Coyotes Jeremy Roenick haut, lui fracassant le visage contre la vitre. La mâchoire de Roenick a été disloquée et cassée à plusieurs endroits, et huit de ses dents ont été cassées.

'J'avais la mâchoire fermée', a déclaré Roenick des années plus tard. Bien que le temps de guérison normal d'une fracture de la mâchoire soit de six semaines, « en fait, je suis revenu et j'ai joué 17 jours plus tard en séries éliminatoires. J'ai mis un gros casque de Stormtrooper et j'ai joué au septième match du premier tour.' Hatcher a été suspendu pour sept matchs.

11. Mark Howe empalé par le net

Getty Images

Lors d'un match du 27 décembre 1980 contre les Islanders de New York, l'attaquant/défenseur des Whalers de Hartford Mark Howe—fils du légendaire Gordie Howe—a pivoté vers le filet alors que les Islanders arrivaient sur un 3-contre-2 et a été renversé par le Insulaires John Tonelli. Howe est entré dans le but, qui à l'époque était conçu avec une pièce de tôle pointue au centre qui déviait les rondelles vers le milieu du filet, ce qui permettait à un juge de but de repérer plus facilement un but (vous pouvez voir le design dans cette photo). Ce qui s'est passé ensuite était tout simplement horrible :

Tout s'est passé en une fraction de seconde, mais Howe en savait assez pour essayer de protéger son mal de dos. Alors, tout en glissant sur le dos, il a levé ses jambes pour pouvoir absorber le coup avec ses genoux. Au lieu de cela, le métal s'est coincé à cinq pouces dans son dos, à quelques centimètres de sa colonne vertébrale. … Il a glissé à travers Howe, sortant presque de sa hanche.

Son coéquipier Nick Fotiu a couru pour une civière. 'L'Iran. J'ai fait un sprint. Je viens de voler, mec », a-t-il déclaré en 2011. « Écartez-vous ! » Le morceau de métal, a-t-il dit, « ressemblait à une épée. »

Howe n'a passé que six semaines hors de la glace, un mois à l'intérieur et à l'extérieur des hôpitaux, à combattre les infections, les fièvres et les nausées causées par ses médicaments. Plus tard, il a poursuivi la LNH pour avoir refusé de changer les filets et a été échangé aux Flyers de Philadelphie.

12. Donald Brashear coupé par Marty McSorley

L'ailier gauche des Canucks de Vancouver Donald Brashear et l'attaquant/défenseur des Bruins de Boston Marty McSorley se sont affrontés à plusieurs reprises lors d'un match particulièrement agité le 21 février 2000. Puis, alors qu'il ne restait que trois secondes à jouer, McSorley s'est approché de Brashear par derrière et l'a frappé à la tempe. avec son bâton ; Brashear est tombé et a perdu son casque, puis a subi une crise sur la glace. Le coup lui a donné une commotion cérébrale de grade 3. « J'ai toujours des maux de tête ; Je suis toujours fatigué », a déclaré Brashear quelques mois plus tard. «Je veux mettre cette chose dans le passé, mais elle continue de me suivre. Vous ne récupérez jamais à 100% d'une chose comme ça.'

McSorley a été suspendu et accusé de voies de fait; il a affirmé qu'il n'avait pas eu l'intention de frapper Brashear sur la tête, mais sur l'épaule, et a dit qu'il pouvait à peine lever son épaule gauche, ce qui limitait son contrôle sur le bâton. Bien qu'il ait été reconnu coupable, il a évité la prison; sa suspension a été fixée à un an après la condamnation, et il n'a plus jamais joué dans la LNH. Brashear est revenu au jeu avant la fin de la saison.

faits amusants sur la graisse de film

13. La joue ouverte de Sebastian Courcelles

De toute évidence, les blessures horribles ne sont pas réservées aux grandes ligues. Lors d'un match de la Ligue Nord-Américaine de Hockey (LNAH) contre les Trois Vikings, Sebastian Courcelles, capitaine de la ligue mineure Thetford Mines Isothermic, a été touché au visage par le patin de l'adversaire Jean-Michel Bolduc, entraînant une entaille si horrible qu'un des coéquipiers de Courcelles ont failli s'évanouir. Le frère de Courcelles, Simon, 'a crié de faire pression sur ma joue', a déclaré Courcelles. 'Il a alors dit d'appeler l'ambulance... à ce moment-là, je me suis dit que ça ne devait pas être joli.' Il a fallu 15 points de suture pour refermer la plaie ; Courcelles a recommencé à jouer une semaine après la blessure en portant un masque intégral.