Compensation Pour Le Signe Du Zodiaque
Composition C Célébrités

Découvrez La Compatibilité Par Le Signe Du Zodiaque

Article

13 faits fascinants sur le Brésil

Brésil

, la satire dystopique du scénariste-réalisateur Terry Gilliam, a mis du temps à devenir le classique culte qu'il est aujourd'hui. Mais en 1986, il a réussi à obtenir deux nominations aux Oscars (pour le meilleur scénario original et la meilleure direction artistique/décoration de décor). Situé dans une période rétro-futuriste, le film est centré sur Sam Lowry (Jonathan Pryce), qui vit dans un monde bureaucratique de non-sens. En février 1985,Brésilest sorti en Europe sans aucun problème. Mais lorsque Gilliam a essayé de le faire sortir aux États-Unis, il a rencontré des problèmes. Finalement, Universal Studios a acquiescé aux demandes de Gilliam et a ouvert ses portes dans certaines villes le 18 décembre 1985. Budgétisé à 15 millions de dollars, le film n'a rapporté que 9 millions de dollars au niveau national, mais 30 ans plus tard, il reste un film influent.

1. SELON TERRY GILLIAM,BRÉSILN'A PAS PRÉDIT LE MONDE ACTUEL.

Lorsque Terry Gilliam a sorti son dernier film, 2013'sLe théorème zéro, les critiques ont vu une ressemblance avecBrésil. 'Ces films ne parlent pas vraiment du futur', a-t-il déclaré.Écuyer, qui offrait combien Brésilsoi-disant prédit notre époque actuelle. «Je pense que les deux films étaient vraiment sur le présent, que j'ai essayé de déguiser avec des éléments futurs. Il y a de nombreux éléments dansLe théorème zéroque je pensais être dans un avenir proche, mais au moment où nous tournions le film, ils existaient déjà. Il a également dit une chose similaire àPierre roulante: 'C'est juste plus facile pour moi de mettre quelque chose en dehors d'une époque contemporaine, parce qu'alors je peux modifier les choses.' Il a en outre souligné son statut de non-devin pourLe New York Times. « Les gens pensent que je suis un prophète et queBrésildécrit le monde dans lequel nous vivons il y a quelques années », a-t-il déclaré. «Mais nous vivions alors dans ce monde; les gens ne faisaient tout simplement pas attention comme ils le font maintenant.

2. KATHERINE HELMOND A DES BLISTERS DE SON MAQUILLAGE.

Youtube

Katherine Helmond a précédemment travaillé avec Gilliam surBandits du temps. Il l'a appelée pour jouer le rôle de la mère de Sam, qui est vraiment dans la chirurgie plastique. Dans une interview avec Emmy TV Legends, Helmond s'est souvenu du processus épuisant de tournage du film en Angleterre et de devoir porter un masque collé 10 heures par jour. 'J'ai éclaté de la colle et j'avais toutes sortes d'ampoules sur le visage et ils ont dû reporter mon tournage, et j'ai dû revenir aux États-Unis et aller chez un médecin pour éclaircir mon visage', se souvient-elle. «Et le médecin a dit:« Ne refais plus jamais ça », mais je suis retourné et j'avais une autre scène à faire, et ils m'ont recollé le visage, et j'ai de nouveau éclaté. Je pense qu'en fin de compte, cela en valait la peine parce que le personnage avait un look tellement fabuleux.

3.BRÉSILLA CHANSON THÉMATIQUE EST DEVENUE LA PROPAGANDE AMÉRICAINE.

En 1939, Ary Barroso a écrit la chanson de samba « Aquarela do Brasil », qui se traduit par « aquarelle du Brésil ». Avant que Geoff Muldaur et Michael Kamen ne le retravaillent pourBrésil, la chanson débarque aux États-Unis en 1942, dans le film DisneySalut les amis. Walt Disney avait entendu la chanson lors d'une visite au Brésil, dans le cadre de la politique de bon voisinage de FDR, qui impliquait que le président brésilien Getúlio Vargas souhaitait 'considérer l'Amérique comme un ami', selon un article de la BBC. La chanson et le film de Disney visaient à dépeindre l'Amérique du Sud sous un meilleur jour que simplement comme des « Latinos ineptes ». Depuis lors, la chanson a été reprise par Bing Crosby et Rosemary Clooney, Kate Bush et Arcade Fire. 'Son attrait transcende le genre ainsi que la politique - peu de chansons avec un tel bagage politique ont une mélodie aussi forte ou sont aussi dansantes', lit-on dans l'article de la BBC.

4. GILLIAM A MENÉ UNE GUERRE RÉUSSIE CONTRE LES STUDIOS UNIVERSELS.

Il est bien connu qu'Universal, qui a sorti le film aux États-Unis (Fox l'a sorti à l'étranger), a refusé de sortir le film en Amérique avec la fin originale de Gilliam. Le studio a recoupé le film pour décrire une fin heureuse, alias la fin 'L'amour conquiert tout', où Sam obtient la fille au lieu de sombrer dans la folie. Afin de faire sortir le film, Gilliam a sorti une annonce pleine page dansVariété, dirigé à la tête d'Universal, Sid Sheinberg. Gilliam a rassemblé les critiques de cinéma de L.A. pour regarder le film lors de projections clandestines, même s'il y avait un embargo pour montrer le film aux gens. Le film a remporté trois prix L.A. Critics et Universal a décidé de sortir le film. 'Ils [Universal] étaient dans un tel rabat - ils l'ont immédiatement sorti à New York et à Los Angeles, et ils n'avaient pas d'affiches', a déclaré Gilliam.Le croyant. « Ils n'avaient rien – ils avaient une copie xéroxée de l'œuvre d'art dont ils allaient éventuellement faire une affiche. C'est tout ce qu'ils avaient. Et il a fait le plus d'affaires par cinéma de tous les films à ce moment-là. »

5. SID SHEINBERG A EU PLUS DE PROBLÈMES AVECBRÉSILQUE JUSTE SON TEMPS DE FIN ET D'EXÉCUTION.

Le gros problème avec la non-sortie du film aux États-Unis au départ était un différend contractuel sur la durée deBrésil. Gilliam a livré un film 17 minutes de plus que ce pour quoi il avait été engagé (au-delà de la limite de deux heures et cinq minutes), de sorte que le studio l'a réduit à 94 minutes. Mais Sheinberg a dit auLos Angeles Times, 'Je ne veux pas d'une fin heureuse; Je veux une fin satisfaisante », et il a déclaré que 52% des téléspectateurs ont répondu négativement aux projections test.

Sheinberg a également estimé que Gilliam, qui n'avait réalisé que trois films à ce stade, n'avait pas le pouvoir d'être aussi exigeant sur le montage final. 'Si Steven Spielberg m'apportait un film de quatre heures et me disait:' Ça doit sortir comme ça ', je vous garantis que c'est comme ça que ça sortirait', a déclaré Sheinberg. 'Mais Terry Gilliam n'est pas Steven Spielberg.' À un moment donné, Sheinberg a envisagé de vendre le film à moitié prix, et Gilliam était prêt à faire tout ce qu'il pouvait pour sauver le film. Enfin presque. 'Je vais parler à Sid, je vais entrer dans un jacuzzi et boire du vin avec Sid', a déclaré Gilliam auLos Angeles Times. 'Je ferai tout pour que ce film sorte, sauf entrer dans la salle de montage avec lui.'

6. JACK LINT EST DEVENU PLUS SINISTRE LORS D'UNE REPRISE.

Robert De Niro voulait jouer le rôle du méchant Jack Lint, mais Gilliam a déclaré qu'ilMonty PythonLe membre Michael Palin devait jouer le rôle. Dans la scène où Lint rencontre Sam dans son bureau, Palin ne se sentait pas bien avec la façon dont cela s'est avéré initialement, alors ils sont revenus et l'ont rephotographié. 'Une petite voix au fond de mon esprit a dit:' Vous savez, cela pourrait être mieux '', a déclaré PalinGrand angle/Gros plan. 'Alors j'étais en fait assez soulagé quand après environ un mois, peut-être plus, Terry a dit:' Vous savez, il y a des problèmes, cela pourrait valoir la peine d'essayer à nouveau cette scène. ' Et après avoir surmonté les sentiments de fierté blessée - je n'ai pas réussi la première fois - j'ai réalisé que oui, eh bien, il y avait des problèmes, et peut-être que nous pourrions nous améliorer.

La deuxième fois, ils ont ajouté un élément plus familial, intégrant la jeune fille de Lint, jouée par la vraie fille de Gilliam. 'J'ai aimé avoir Holly là-bas', a déclaré Palin. 'Cela m'a donné quelque chose à faire qui a permis au genre de jargon et au côté sinistre de ce que Jack dit de sortir comme s'il jouait juste avec sa fille, jouant avec sa famille en même temps qu'il dit ces choses à propos de, 'Eh bien, vous devez être détruit, vous devrez l'éliminer', et tout ce genre de choses. '

7. GILLIAM PENSE QUE TOMBER AMOUREUX EST UNE MAUVAISE IDÉE.

Le directeur a ditLe croyantce qu'il ressentait dans le film : « Pour moi, le cœur deBrésilest la responsabilité, c'est l'implication - vous ne pouvez pas simplement laisser le monde continuer à faire ce qu'il fait sans vous impliquer. Et bien sûr, ce que [Sam] fait, c'est qu'il tombe amoureux, alors il devient vulnérable et tout son monde commence à s'effondrer. Ne jamais tomber amoureux.'

8. GILLIAM SE CONSIDERE COMME UN OPTIMISTE.

Gilliam a admis qu'il était 'terriblement optimiste à propos des choses', ce qui ressort à la fin du film. « J'ai une théorie surBrésilen ce sens que c'était un film très difficile à regarder pour un pessimiste, mais c'était bien pour un optimiste de le regarder », a-t-il déclaré.Grand angle/Gros plan. « Pour un pessimiste, cela ne fait que confirmer ses pires craintes ; un optimiste pourrait en quelque sorte trouver un grain d'espoir dans la fin. Le cynisme me dérange parce que le cynisme est, en quelque sorte, un aveu de défaite, alors que le scepticisme est assez sain, et il implique aussi qu'il y a une possibilité de changement.

9. L'ENDROIT O SAM A ÉTÉ TORTURÉ EST MAINTENANT UN IKEA.

La scène de torture à la fin du film a été tournée dans une ancienne centrale électrique au charbon et au gaz à Croydon, en Angleterre. En 1991, tout sauf deux cheminées a été démoli. Dans une étrange tournure des événements, IKEA a ouvert une devanture de magasin là où se trouvait l'usine, incitant les acheteurs à s'engager dans le capitalisme.

10. QUANDBRÉSILA ÉTÉ LIBÉRÉ, LES GENS SONT SORTI DES THÉÂTRES.

Dans une interview avecPierre roulante,Gilliam a dit 'du Brésil va être sur ma pierre tombale », mais il trouve aussi amusant que les gens le vénèrent autant aujourd'hui. «Ce que les gens ne se souviennent pas, c'est que la moitié du public sortirait. Maintenant, c'est considéré comme un classique, bla, bla, bla—taureaux--t! Ils sortaient. Je suis donc habitué à ce que certains de mes films ne soient pas appréciés à l'époque.

11. GILLIAM A RENONCE OFFICIELLEMENT À SA CITOYENNETÉ AMÉRICAINE EN 2006 À CAUSE DE GEORGE W. BUSH.

Gilliam est né en Amérique mais a passé la majeure partie de sa vie en Angleterre. En 2006, après la réélection de George W. Bush, il a finalement renoncé à sa citoyenneté américaine. Dans une interview avecL'économiste, Gilliam a plaisanté à propos de Bush : « La situation aujourd'hui est déprimante parce que nous l'avons en quelque sorte préditeBrésilen 1985. Il y a quelques années, j'envisageais de poursuivre Bush et [Dick] Cheney pour violation du droit d'auteur ! La meilleure façon de contrôler les gens est de les garder effrayés.

12. AVECBRÉSIL,GILLIAM PEUT-ÊTRE POPULARISE LE STEAMPUNK.

La définition du steampunk prend des conceptions du 19e-siècle victorien et leur insufflant le rétro-futur, ce qui est essentiellement ce que Gilliam a fait avecBrésilla conception de la production. Anna Froula, qui a co-édité le livreLe cinéma de Terry Gilliam : c'est un monde fou, attribue l'invention du steampunk au réalisateur. 'Sa capacité anarchique à faire de l'art absurde à bon marché et à exposer les entrailles de n'importe quel système - souvent littéralement à travers les entrailles d'un humain de dessin animé ou d'un système de plomberie - informe le bricolage ludique au cœur du steampunk', a-t-elle déclaré. « Il suffit de regarder les découpes étranges dans ses animations Monty Python : la façon dont il traçait l'art classique et de la Renaissance dans la bibliothèque britannique, puis combinait les illustrations avec des conduits, des images des premiers films d'Edison et des images victoriennes et de la Première Guerre mondiale pour créer un humour absurde s'est développé d'une manière ou d'une autre dans tous ses films.

combien de pièces y a-t-il dans la maison winchester

13. LES SCHÉMAS DE COULEURS ET LES ANNÉES 1930 ONT JOUÉ DES RLES IMPORTANTS DANS LA CONCEPTION DU FILM.

Norman Garwood,BrésilLe chef décorateur de , a volontairement fait envelopper certains décors de gris, comme le lieu de travail de Sam, alors que d'autres moments étaient remplis de couleurs. 'Les personnages comme la maman de Sam, c'est là que les belles explosions de couleurs viendraient dans la mesure où c'était la différence entre sa vie et les autres pauvres qui étaient dans cette bureaucratie très incolore', a-t-il expliqué àGrand angle/Gros plan. Sa vie était pleine de couleurs, et j'ai essayé de le souligner avec son appartement. La chambre où [Sam et Jill] s'embrassent enfin était à nouveau très belle et colorée, mais l'appartement de Sam était à nouveau un monde gris qui était attaché au monde dans lequel il travaillait.

En développant le look du film, Garwood s'est inspiré des magazines des années 1930 et 1940. 'C'étaient ces inventions que vous trouviez dans les livres des années 30, c'était presque comme' la forme du monde à venir ', à quoi les gens pensaient que les véhicules blindés ressembleraient au 21e siècle, et à quoi ressembleraient les avions. ' dit Garwood. 'Et ensuite, il s'agissait simplement de prendre cela et de construire sur cela.'