Article

14 Faits grésillants sur Steak 'n Shake

Des dîners de famille sains aux arrêts aux stands à 4 heures du matin, Steak 'n Shake a servi des plats entièrement américains à toute heure à des générations de convives affamés. Mais il y a bien plus dans cette chaîne de retour que des shakes trempés à la main, de savoureux steaks burgers et ces chouettes chapeaux en papier.

1.Cela a commencé comme une station-service servant du poulet frit et de la bière.

Le fondateur Gus Belt et sa femme, Edith, se sentant pressés par la Grande Dépression, ont commencé à offrir du poulet frit, des frites et de la salade de chou à leur station Shell de Normal, Illinois, pour 0,45 $. La bière ne coûtait que 0,09 $. Après que le conseil municipal ait voté 2 contre 1 pour interdire la vente d'alcool, les Belts ont décidé d'ouvrir un restaurant de hamburgers, et en 1934 Steak 'n Shake est né.

deux.Le fondateur était un maniaque de la sécurité alimentaire avant que cela ne soit une chose.


Steak 'n Shake

Dans les années 30, il n'y avait pas de codes de santé uniformes et les hamburgers étaient largement (et à juste titre) considérés comme des plats de mauvaise qualité. Pour apaiser les inquiétudes des clients, Gus Belt a créé une cuisine ouverte afin qu'ils puissent regarder leurs steaks burgers en train de cuire - un design qui existe encore aujourd'hui dans les restaurants Steak 'n Shake, reflétant la devise de Belt, ' In Sight It Must Be Right '.

3. Il broyait également un tonneau plein de viande devant les convives.

Lorsque le restaurant était occupé, Belt aimait faire rouler un tonneau rempli de t-bones, de surlonges et de steaks ronds dans le restaurant et broyer le tout à la vue des clients. Malheureusement, cette pratique n'existe pas encore chez Steak 'n Shake, ni dans aucun autre restaurant américain.

4. Gusn'avait pas peur de se salir.

Selon Robert Cronin, ancien PDG de Steak 'n Shake et auteur deVenteSteaks, Belt avait l'habitude de fouiller les poubelles du restaurant et de rapporter les assiettes pour voir ce que les clients ne mangeaient pas. Il a utilisé ses découvertes dégoûtantes pour affiner davantage le menu.

5.Après la mort de Gus, sa femme a dirigé l'entreprise pendant 15 ans.

Gus Belt est décédé en 1954, laissant Edith diriger l'entreprise jusqu'en 1969, date à laquelle elle a vendu sa participation dans le restaurant - qui comptait alors 51 établissements - à Longchamps, Inc. pour la modique somme de 17 millions de dollars.

6. Steak 'n Shakeest presque devenu un autre restaurant de restauration rapide.



quel âge a dexter du laboratoire de dexter
CameraGirlUSA via Flickr // CC BY-NC-ND 2.0

Sous Longchamps, Steak 'n Shake a commencé à rationaliser la préparation des aliments (il faisait des shakes à partir d'un mélange au lieu d'utiliser de la crème glacée, par exemple) pour réduire les coûts et mieux concurrencer les restaurants de restauration rapide populaires. Après la vente de Longchamps à Franklin Corporation, basée dans l'Indiana, en 1971, le PDG Robert Cronin a ramené la chaîne à ses racines et a introduit des éléments de menu comme les fèves au lard et le fromage cottage.

7.Son propriétaire le plus prospère a également donné au monde Cool Whip et A1 Steak Sauce.

Steak 'n Shake a connu des difficultés dans les années 70, lorsque la restauration rapide dominait la scène des restaurants américains. En 1981, la Franklin Corporation a vendu la chaîne à Consolidated Products, dont le président, le vétéran de l'industrie alimentaire Ed Kelley, avait supervisé l'introduction des barres Tang, Klondike, Cool Whip, A1 Steak Sauce et Grey Poupon. Sous la direction de Consolidated, Steak 'n Shake a doublé son nombre de restaurants à la fin des années 90.

8. Roger Ebert était un grand fan.

La longue dateChicago Sun-Timesle chroniqueur y a pris son premier repas au restaurant lorsqu'il était enfant (steakburger, frites et coca) et a revendiqué un dévouement indéfectible le reste de sa vie. Il a jailli de la chaîne dans un article de blog de 2009 : ' Si je devais emmener le président Obama et sa famille dîner et que le choix m'appartenait, ce serait Steak 'n Shake - et ils seraient ravis. '

9. L'un de ses emplacements est un monument historique.

Steak 'n Shake

Un emplacement de Springfield, Missouri qui se trouve le long de l'ancienne route 66 a été nommé au registre national des lieux historiques en 2012. Construit au début des années 60, il conserve encore la plupart de sa conception d'origine, y compris une fenêtre de service de trottoir et une enseigne lumineuse au néon.

10. L'entreprise a failli faire faillite.

Après des années de perte d'argent, la chaîne a été vendue en 2008 à Biglari Holdings, qui a rapidement baissé les prix et fait de Steak 'n Shake un chouchou de la récession. Dans un récent rapport sur les résultats, Biglari a affirmé que la société était à 90 jours de l'insolvabilité lorsqu'elle a pris le relais.

11. Biglari est aussi le gars qui possède maintenantMaximum.

Il s'appelle Sardar Biglari, il a 37 ans et vous ne le verrez probablement pas de sitôt assis dans la cabine à côté de vous.

12. Steak 'n Shake a une voiture de course, et elle est co-parrainée parMaximumet détenue par David Letterman.

David Grant via Flickr // CC BC-NC 2.0

Le burger joint est le principal sponsor de la voiture Indy n ° 15 cette année, marquant la première fois que la société basée à Indianapolis est impliquée dans la scène des courses Indy. Et cette voiture est la copropriété de l'ancienDernier spectaclehôte, qui est originaire d'Indianapolis et fan de course de longue date.

13. Steak 'n Shake devient haut de gamme et international.

Au cours des deux dernières années, Steak 'n Shake a ouvert des succursales à Santa Monica, Dubaï et sur la Côte d'Azur à Cannes. Il prévoit 50 sites en Arabie saoudite et 15 au Pakistan.

14. Son hamburger à sept galettes inspire autant d'émerveillement que de dégoût.

Il y a deux ans, la chaîne a introduit une monstruosité de bœuf de 1 330 calories à son menu de fin de soirée : le 7X7 Burger, qui se vend 7,77 $. Les réactions ont varié de révérencieuses à horrifiées en passant, comme on pouvait s'y attendre, à des concours de nourriture.