Article

15 phrases courantes qui viennent de la boxe

Bien que la boxe ne soit plus aussi populaire qu'autrefois, la pratique du combat à coups de poing, également connue sous le nom de pugilisme, est si profondément ancrée dans notre culture que nous ne savons peut-être pas que nous utilisons chaque jour des dictons séculaires du sport pour hommes. . En voici 15.

1. BATTEZ QUELQU'UN AU PUNCH

Àbattre quelqu'un au poingsignifie faire quelque chose avant eux, et vient de l'idée de porter un coup avant votre adversaire. Ce sens de la boxe date de 1913 tandis que le sens figuré n'est apparu que quelques années plus tard.

2. SOUS LA CEINTURE

Sous la ceinturece qui signifie injuste vient de la manœuvre de boxe injuste et illégale consistant à frapper quelqu'un dans les régions inférieures. L'expression a pris son sens figuré vers 1889.

Connexe estcoup bas, à l'origine un coup illégal sous la taille, et maintenant aussi une attaque ou une insulte sans scrupules.

3. COUP PAR COUP

Ce terme pour une description très détaillée a été utilisé à l'origine au début des années 1920 pour décrire les émissions de combats de prix. Dans les années 1940,coup par coupétait utilisé dans un sens autre que la boxe, peut-être d'abord par l'écrivain mystère Hilda Lawrence dans son romanMort d'une poupée: 'Peut-être qu'on ferait mieux de se réunir. Description coup par coup.'

4. GOURMAND POUR LA PUNITION

Glutton signifiant un passionné de quelque chose - un glouton pour les livres, par exemple - est utilisé depuis le début des années 1700. Cependant, l'expressionglouton de punition, celui qui refuse de quitter une situation perdante, est un terme du milieu des années 1800 qui vient du pugilisme.

5. GROGGIE

Le mot que nous connaissons comme signifiant somnolent ou hors de lui signifiait à l'origine « en état d'ébriété » et venait degrog, une boisson alcoolisée à l'ancienne. Groggy qui signifie «hébété» vient du ring de boxe, ce qui signifie affaibli dans un combat, donc chancelant, tremblant et instable.



Pour ce qui est degrog, il viendrait du surnom d'Edward Vernon, un amiral britannique du XVIIIe siècle qui s'appelait Old Grog, en raison de sa prédilection pour une cape grossière.

6. INSTINCT TUEUR

Instinct de tueura été utilisé pour la première fois pour décrire le boxeur américain Jack Dempsey au début des années 1930. La première citation dans l'OED est '[Dempsey] avait plus d'esprit combatif et plus d'instinct de tueur pur en lui que dans les quatre d'entre eux réunis.' Désormais, le terme désigne la volonté de réussir à tout prix et à tout prix.

7. SUR LES CORDES

Quand un combattant est poussé contre les cordes du ring de boxe par son adversaire, il a de gros ennuis. Ainsi, le sens figuré deSur les cordesest proche de la défaite ou en mauvais état.

8. PALOOKA

Alors que nous pourrions penser à un palooka comme à une personne stupide, idiote ou maladroite, le mot faisait à l'origine référence à un boxeur médiocre. Le sens du boxeur est né vers 1926 et est attribué à Jack Conway, l'éditeur deVariétémagazine.Joe Palookaétait une bande dessinée des années 1920 qui mettait en vedette un boxeur stupide avec un cœur en or, ce qui a contribué à populariser le sens oafish du mot.

Mais où le motpalookaà l'origine est plus un mystère. Il pourrait être basé sur le nom polonaisPalukaou bien une variation dePolonais, un terme désobligeant pour une personne d'origine polonaise.

9. COLLER

Dans l'argot du pugilat de la fin du XVIIIe siècle, un brave combattant auraitcueillir. Pluck faisait référence au cœur et aux entrailles d'un animal abattu, ou à ce qui pouvait être «arraché» d'une carcasse. Le sens figuré du combat était celui du courage, que l'on croyait à l'époque résider dans le cœur.

10. PUNCH-DRUNK

Ce terme signifiant étourdi et confus trouve son origine dans le jargon de la boxe faisant référence à un combattant stupéfait par trop de coups de poing à la tête. Plus tard,ivre de punchen est venu à signifier une maladie neurologique souvent observée chez les boxeurs et officiellement connue sous le nom d'encéphalopathie traumatique chronique.

à quoi ressemble un oiseau

11. ROULEZ AVEC LES POINÇONS

Àrouleauou alorsrouler avec les coups, ou pour s'adapter facilement à des circonstances défavorables, vient de la manœuvre de combat consistant à éloigner ou rouler la tête et le corps d'un coup pour en atténuer l'impact. Connexe esttirer ses coups, ou d'être doux, comme un combattant qui recule pour atténuer l'impact d'un coup.

12. SAUVÉ PAR LA CLOCHE

Pas seulement une émission de télévision,sauvé par le gongest un idiome signifiant être sauvé au dernier moment d'une situation délicate.

Bien qu'il y ait une croyance largement répandue que l'origine de l'expression a à voir avec une peur du 17ème siècle d'être enterré vivant et des cercueils ultérieurs équipés de cloches pour sauver de tels individus malchanceux, c'est en fait - vous l'avez deviné - un terme de boxe faisant référence à un combattant perdant d'être «sauvé» par une cloche qui signale la fin d'un tour.

13. JETER LA SERVIETTE

Àjeter l'éponge,ou abandonner, vient de la pratique de la boxe du début du XXe siècle consistant à jeter littéralement une serviette blanche sur le ring en admettant sa défaite. Cette convention vient d'une convention antérieure consistant à jeter une éponge pour admettre sa défaite, d'où une autre expression d'abandon, « jeter (ou jeter) l'éponge ».

14.LANCER SON CHAPEAU DANS LE RING

Alors que jeter l'éponge signifie abandonner, jeter son chapeau sur le ring montre que vous êtes prêt à vous battre. Cette coutume date au moins du début des années 1800, une époque où la plupart des hommes portaient des chapeaux, et aurait été plus fiable que d'essayer de se faire entendre devant une foule bruyante et assoiffée de combats.

15. PLANCHE À LAVAGE

Le motplanche à lavera plusieurs significations différentes : une planche pour laver les vêtements, un terme nautique pour une planche qui empêche la mer de se briser sur le côté d'un bateau et, bien sûr, les abdos de Channing Tatum. Ce sens ondulant des muscles de l'estomac - qui ressemble à une planche à laver - vient du jargon de la boxe des années 1950.