Compensation Pour Le Signe Du Zodiaque
Composition C Célébrités

Découvrez La Compatibilité Par Le Signe Du Zodiaque

Article

15 choses que vous ne savez peut-être pas sur la grande vague de Kanagawa

Instantanément reconnaissable, celui de Katsushika HokusaiLa grande vague au large de Kanagawadistille avec grâce la puissance de l'océan en une image bidimensionnelle aussi trompeusement simple qu'envoûtante. Mais ce qui se cache sous ce chef-d'œuvre bien-aimé du XIXe siècle pourrait vous surprendre.

combien pèse le roi kong

1. Bien qu'il porte le nom d'une vague, il cache aussi une montagne.

Regardez juste à droite du centre. Ce que vous avez peut-être confondu avec une autre vague de crête est en fait le mont Fuji enneigé, le plus haut sommet du Japon.

2. C'est une série imprimée, pas une peinture.

Bien que Hokusai soit aussi un peintre, l'artiste de la période Edo (1603-1868 au Japon) était surtout connu pour ses gravures sur bois.La grande vague au large de Kanagawaest devenu le plus célèbre de sa sérieTrente-six vues du mont Fuji. Pleines de couleurs vives et d'une utilisation convaincante de l'espace, chacune de ces impressions représente le sommet imposant sous un angle et un environnement différents.

3. Faire cette série était une décision commerciale avisée.

Le mont Fuji est considéré comme sacré par beaucoup et a inspiré un culte littéral. Ainsi, une série de tirages de portraits, facilement produits en série et vendus à bas prix, était une évidence. Mais lorsque le tourisme au Japon s'est épanoui plus tard, les gravures ont connu une résurgence dans le cadre d'une industrie en plein essor des souvenirs, surtout si elles représentaient sa magnifique montagne.

4. Hokusai peignait depuis 60 ans avant de créer ceVague.

Son âge exact a été difficile à déterminer au moment deLa grande vague au large de Kanagawaest en train de faire. Cependant, il est communément admis qu'il avait soixante-dix ans. Hokusai a commencé à peindre à l'âge de 6 ans et à 14 ans, il a été apprenti chez un sculpteur sur bois. À 18 ans, Hokusai prenait des leçons deukiyo-egraveur de style Katsukawa Shunshō. À l'insu du jeune artiste en herbe, ce chemin conduirait à l'œuvre d'art la plus emblématique du Japon.

5.La grande vague au large de Kanagawapeut être vu dans les musées du monde entier.

Parce qu'il s'agit d'une gravure sur bois, il y a beaucoup deGrandes vaguesfaire le tour. Le Metropolitan Museum of Art de New York, le British Museum de Londres, l'Art Institute de Chicago, le LACMA de Los Angeles, la National Gallery of Victoria de Melbourne et la maison et le jardin souvent représentés de Claude Monet arborent tous une estampe dans leurs expositions publiques .

6. Le Japon a retardé cetteVaguede se répandre dans le monde entier.

La grande vague au largeKanagawaa probablement été imprimé entre 1829 et 1832, mais à l'époque, le Japon ne s'engageait pas culturellement avec d'autres nations, à l'exception du commerce avec la Chine et la Corée, qui était strictement contrôlé, et les Hollandais, qui n'étaient autorisés à opérer qu'à Nagasaki. Près de 30 ans s'écouleront avant que la pression politique ne pousse le Japon à ouvrir ses ports et ses exportations vers des pays étrangers. En 1859, une vague d'estampes japonaises a afflué à travers l'Europe, gagnant l'adoration de Vincent Van Gogh, James Abbott McNeill Whistler et Claude Monet.

7. Les politiciens et les historiens de l'art japonais ne le considéraient pas comme un véritable art.

La grande vague au large de Kanagawaest devenu une telle renommée qu'il est devenu une représentation définitive de l'art et de la culture japonaise dans la plupart du monde. Mais comme l'explique l'historienne de l'art Christine Guth de la School of Oriental and African Studies de l'Université de Londres : « Au Japon, les gravures sur bois n'étaient pas considérées comme de l'art, elles étaient considérées comme une forme d'expression populaire et l'impression commerciale. Autrefois utilisées pour les textes bouddhistes, les gravures sur bois étaient devenues synonymes d'illustrations de poèmes et de romans d'amour. Ainsi, les représentants du gouvernement japonais et les historiens de l'art étaient loin d'être ravis qu'une forme d'art apparemment aussi peu savante en soit venue à les définir.

8.La grande vague au large de Kanagawan'est pas purement japonais dans son style.

Hokusai a étudié les œuvres européennes en plus des œuvres japonaises et s'est particulièrement inspiré de la perspective linéaire utilisée dans l'art néerlandais. Sa propre variante sur cet appareil est évidente dans la ligne d'horizon basse, tandis que l'influence européenne est apparente dans son utilisation du bleu de Prusse, une couleur très populaire sur le continent à l'époque.

quel genre de chien c'est

9. Plus l'impression est précoce, plus elle est appréciée.

On estime que 5000 à 8000 impressions ont été faites deLa grande vague au large de Kanagawa. Malheureusement, au cours de toute cette production, les blocs de bois utilisés pour tamponner les couleurs se sont dégradés, et avec eux la qualité de l'image. Cette dégradation progressive est la raison pour laquelle les musées se vanteront que leurs tirages sont des problèmes « précoces ».

10. Bien qu'ils étaient autrefois bon marché, les tirages se vendent maintenant à un prix élevé.

Bien que des milliers aient été imprimés, on estime que seulement des centaines deLa grande vague au large de Kanagawarester. L'état d'un spécimen détermine sa valeur. Le premier état des éditions Nishimuraya Yohachi présentait un contour bleu distinctif, tandis que le second avait un contour noir. Le premier rapporterait entre 40 000 et 60 000 dollars, tandis que le second en coûterait la moitié. Même une bonne réplique pourrait rapporter quelques mille dollars à un collectionneur.

11. D'une certaine manière, l'impression est signée deux fois.

Dans le coin supérieur gauche de l'impression, vous remarquerez une boîte avec une écriture à l'intérieur et à l'extérieur. Dans la boîte, Hokusai a gravé le nom de la pièce, y compris sa place dans leTrente-six vues du mont Fujiséries. Mais à sa gauche, il a écrit'Hokusai aratame Iitsu hitsu,' qui se traduit par 'Du pinceau de Hokusai, qui a changé son nom en Iitsu.' Au cours de sa carrière, Hokusai a changé de nom plus de 30 fois. Aujourd'hui, ces différents noms sont utilisés pour distinguer les chapitres distinctifs de son œuvre.

12. Cela a inspiré la musique.

Le compositeur français Claude Debussy a partagé l'inspiration pour sa composition orchestraleLa mer(La Mer) sur la couverture de la partition de son édition 1905. Là, un croquis façonné d'aprèsLa grande vague au large de Kanagawaa donné aux mélomanes une image à associer à ses sketches symphoniques. Vous pouvez l'écouter en cours d'exécution ci-dessus.

13. La série dont il fait partie a inspiré la poésie.

En regardant la création ambitieuse de Hokusai, le poète bohème-autrichien Rainer Maria Rilke a été frappé par la diligence qui a dû être mise dans sa fabrication. Et c'est ainsi que son poème 'La Montagne' est né, commençant par 'Six et trente fois et cent fois/ le peintre a essayé de capturer la montagne,/ l'a arrachée, puis a poussé à nouveau/ (six et trente fois et cent fois ).' C'est aussi passé d'icône à emoji.

14. Cette vague n'est pas un tsunami.

La grande puissance de la vague fait paraître la montagne minuscule et les bateaux qui flottent en dessous semblent voués à la destruction. Une telle suggestion de violence a incité de nombreuses personnes à supposerLa grande vague au large de Kanagawaest un tsunami. Mais les érudits Julyan H.E Cartwright et Hisami Nakamura ont étudié de manière exhaustive l'empreinte et ce que nous savons des vagues pour déterminer qu'il s'agit en fait d'une vague scélérate ou, plus scientifiquement, d'un « rupteur plongeant ».

15. Cette vague est néanmoins mortelle.

Les vagues scélérates sont alternativement appelées « vagues monstres », « vagues monstres » ou « vagues tueuses » parce qu'elles se produisent en haute mer et brusquement, renversant parfois les paquebots. Cette vague scélérate particulière peut en fait être mesurée grâce aux trois bateaux de pêche (oshiokuri-bune). Cartwright et Nakamura ont utilisé leur taille connue pour déterminerLa grande vague au large de Kanagawamesure environ 32 à 39 pieds de haut.