Article

6 moments controversés dans le monde des céréales pour petit-déjeuner

1. Le scandale des céréales « fortifiées » secoue la Scandinavie

La Scandinavie a longtemps été le foyer de certains des taux d'obésité les plus bas d'Europe, mais ils n'ont certainement pas de céréales diététiques Special K à remercier. En 2004, le Danemark s'est lancé dans l'interdiction des céréales enrichies de Kellogg comme Special K, qui contiennent des vitamines ajoutées. Les Danois ont affirmé que les niveaux élevés de vitamine B, de calcium, d'acide folique et de fer ajoutés à ces céréales pouvaient atteindre des niveaux toxiques s'ils étaient consommés quotidiennement. En raison des toxines, les jeunes enfants pourraient être à risque de dommages au foie et aux reins. Alors qu'une position si apparemment anti-alimentaire peut sembler choquante pour une nation qui a autrefois institué une «taxe sur les graisses» pour augmenter considérablement les prix des aliments gras, certains responsables de l'entreprise ont blâmé la réputation tatillonne du Danemark. Chris Wermann, ancien directeur des affaires commerciales de Kellogg en Europe, a déclaré : « Le régime danois est plutôt frugal ou austère dans le meilleur des cas. Ils protègent leur alimentation. Wermann a poursuivi en disant que le géant des céréales était néanmoins 'incrédule' de l'interdiction, ajoutant que les minéraux supplémentaires ne représentaient que moins de 25 pour cent de l'indemnité journalière.

L'interdiction a également recueilli le soutien des voisins néerlandais du Danemark. Dans un épisode diffusé le 15 octobre 2009, l'émission de télévision néerlandaiseService d'inspection de valeurexaminé les allégations nutritionnelles de Kellogg, en particulier l'ajout de fer aux céréales « enrichies » comme Special K. L'émission a fourni la preuve que l'allégation de « fer » ajouté à Special K était un peu trompeuse ; les scientifiques ont allégué que la céréale contenait des traces de fer métallique, plutôt que les composés naturellement présents dans les épinards et la viande rouge. Interrogé à ce sujet, un employé du service d'assistance téléphonique de Kellogg a affirmé que les ingrédients de la céréale étaient un secret d'entreprise. Les autorités alimentaires néerlandaises ont conclu plus tard qu'il y a peu de danger à consommer la céréale, tant que Kellogg's reste dans les limites légales. (Et devinez quoi ? Toutes les céréales enrichies de fer contiennent de minuscules morceaux de métal.)

2. Rencontrez So-Hi

Aujourd'hui, nous connaissons peut-être Lucky the Leprechaun comme notre mascotte de céréales résidente exagérément ethnique, mais il y a 50 ans, il y avait un shérif différent en ville - ou sensei, ou ninja en chef, ou un autre titre asiatique ambigu. Le fait est que, dans les années 1950 et 1960, le populaire Pot aux céréales Sugar-Coated Rice Krinkles (pensez aux Rice Krispies croisés avec les Frosted Flakes) était présenté par une mascotte étrangement «orientale» aux yeux louches et nommée So-Hi.

serrures de porte qui ne peuvent pas être crochetées

So-Hi, essentiellement une version plus jeune et plus déchirante du personnage de Mickey Rooney dansPetit déjeuner chez Tiffany, a débité des phrases charmantes sans pronom comme : 'Aujourd'hui, So-Hi a une histoire passionnante à raconter sur la magnifique nouvelle Ford Mustang Car !' et, 'Vous allez 'vroum, vroum' quand vous obtenez une voiture gratuite à l'intérieur de Post Rice Krinkles!' avec quelques 'Ah-so' ajoutés pour faire bonne mesure. Pendant un temps, il est même venu avec son propre pousse-pousse.

So-Hi a régné sur les ondes et les allées de céréales des années 50 au début des années 60, lorsqu'il a été remplacé par un clown terrifiant.

Les Rice Krinkles ont été complètement retirées du marché en 1969 pour faire place aux versions fruitées et graveleuses que nous connaissons maintenant sous le nom de Cocoa et Fruity Pebbles.

3. Pas si 'naturel'

Les Scandinaves n'étaient pas les seuls à scruter les céréales de Kellogg. En 2011, Kashi, le titan des aliments diététiques appartenant à Kellogg's, a été critiqué pour une publicité prétendument douteuse. Plus précisément, le Cornucopia Institute, un groupe de surveillance des politiques agricoles, a publié un rapport [PDF] affirmant que les céréales Kashi n'étaient pas aussi naturelles qu'il y paraissait. En plus de souligner que l'utilisation du label 'naturel' dans la publicité alimentaire n'a effectivement aucun sens (très peu de normes fédérales pour un tel 'naturel' existent réellement), l'étude a révélé que les céréales 'naturelles', comme certaines sous la marque Kashi, contenaient des OGM (génétiquement organismes modifiés) dans leurs ingrédients.



Le New York Timesa signalé cela à l'indignation généralisée des consommateurs, ce qui a incité de nombreux fous de santé en colère à se rendre sur la page Facebook de Kashi et à exprimer leur dégoût : « Tout naturel, mais génétiquement modifié ? »… « Je suis un consommateur fidèle de Kashi depuis des années, mais à moins que je ne voie USDA Certified Organic Seal, je n'achèterai plus de vos produits. Après le rapport du Cornucopia Institute, je ne peux tout simplement pas justifier de dépenser plus d'argent pour Kashi lorsque vous utilisez les mêmes ingrédients que n'importe quelle autre entreprise.

Kashi est rapidement passé sur la défensive, admettant certaines des revendications ; un représentant a admis que « bien qu'il soit probable que certains de nos aliments contiennent des OGM, la principale raison en est qu'en Amérique du Nord, bien plus de 80 % de nombreuses cultures, y compris le soja, sont cultivées à l'aide d'OGM. Des facteurs hors de notre contrôle… ont conduit à un environnement où les OGM ne sont pas suffisamment contrôlés. Et c'est ainsi qu'un va-et-vient vicieux s'est ensuivi entre Kashi et le Cornucopia Institute, se terminant par la promesse de Kashi de produire de nouvelles céréales vérifiées par le projet sans OGM. Avec 11 céréales différentes sans OGM sur les étagères à ce jour, Kashi a prouvé qu'il ne fallait jamais sous-estimer le pouvoir d'une publication Facebook en colère.

4. La manne d'Élie

À la fin des années 1800, la céréale classique que nous connaissons sous le nom de « cornflakes » a été inventée dans le sanatorium de Battle Creek, dans le Michigan, dirigé par l'adventiste du septième jour, le Dr John Harvey Kellogg et son frère, Will Keith Kellogg. Dans un effort pour acclimater les patients au mode de vie végétarien recommandé par l'église, le duo a expérimenté des aliments dérivés de céréales telles que le blé, l'avoine, l'orge et le maïs. Après avoir accidentellement découvert un processus qui « émiettait » les baies de blé, les frères ont atterri sur une formule agréable au goût pour le maïs en flocons.

Les Kellogg ont créé des cornflakes en 1904 et les ont servis aux patients du sanatorium, mais n'ont commercialisé la céréale commercialement qu'en 1906; cela a permis à un ancien patient nommé C.W. Post de créer sa propre version et de commencer à la vendre aux masses. Peu de temps après avoir inventé les céréales Grape Nuts, Post a décidé de s'essayer aux cornflakes, qu'il a fait ses débuts sous le nom de Elijah's Manna. Cette céréale au nom biblique – sa boîte représentant le prophète Elie nourrissant à la main de la manne à un oiseau – a suscité la controverse dans les communautés religieuses à travers le pays, où elle a été dénoncée comme sacrilège. De l'autre côté de l'étang, la manne d'Elie a même été interdite d'importation en Grande-Bretagne. Post a ardemment défendu sa marque en déclarant: «Peut-être que personne ne devrait manger de gâteau des anges, profiter de la bière d'Adam, vivre à St. Paul, ni travailler pour Bethlehem Steel … on devrait retirer sa pomme d'Adam et ne plus jamais nommer un enfant pour les bonnes personnes de la bible. Mais c'était trop tard; Elijah's Manna était déjà marqué comme hérétique, et en 1908, Post a changé à contrecœur le nom du produit en Post Toasties, plus reconnaissable et moins incendiaire. Le prophète Elijah a été évincé au profit de Mickey Mouse.

5. Berry sournois

Ajouter des fruits à vos céréales est un choix sain, mais que se passe-t-il si ce « fruit » est principalement autre chose ? D'autres trucs comme le sirop de maïs, l'huile hydrogénée, les arômes artificiels et le colorant alimentaire bleu no. 2 ? Un rapport de 2012 du Consumer Wellness Center à but non lucratif a déclaré que ces imposteurs de fruits sont extrêmement courants dans les céréales pour petit-déjeuner. Selon le rapport, la revendication de « vrai fruit ! » dans de nombreuses marques bien connues, il peut en fait se référer à des 'morceaux' de fruits qui sont principalement du sucre et du colorant, avec un soupçon de jus de fruit ajouté pour l'assaisonnement. Par exemple, la variété de myrtilles de Frosted Mini Wheats ne contient pas de myrtilles réelles. 40 et bleu no. 2.

Si cela semble être beaucoup d'ingénierie pour recréer quelque chose que l'on trouve déjà dans la nature, vous avez probablement raison ; comme Mike Adams, auteur du rapport, l'a expliqué, « […] les vrais bleuets sont chers. Et les morceaux de myrtilles artificielles, à base de sucre, d'huiles partiellement hydrogénées et de colorants artificiels, sont très bon marché. Si ces entreprises peuvent tromper les consommateurs en leur faisant croire qu'elles achètent de vrais bleuets dans leurs produits, elles peuvent exiger un prix plus élevé qui se traduit par une augmentation des bénéfices. Cependant, le rapport offrait une solution simple pour ceux qui souhaitaient éviter les imposteurs de baies : lisez la liste des ingrédients. S'il contient des colorants alimentaires rouges ou bleus, ces baies sont probablement des contrefaçons.

6. 'Just Checking' garde les bigots sous contrôle

Une publicité pour une céréale populaire dépeint un couple biracial, seulement pour être reçu avec indignation généralisée. Si cela vous semble familier, ce n'est pas parce que vous l'avez lu dans un livre d'histoire. Non, une publicité Cheerios de 2013 mettant en vedette une famille interraciale a suscité tellement de commentaires haineux, allant d'exaspérés à extrêmes (certains incluaient des discussions sur les nazis et le génocide), que sa section de commentaires YouTube a dû être désactivée. Certains attribuent la quantité de réactions racistes à son exposition sur YouTube, que de nombreux commentateurs en ligne considèrent comme une tribune anonyme à partir de laquelle jaillir les opinions les plus extrêmes avec peu de menace de responsabilité.

pourquoi certaines personnes ont des taches de rousseur

La publicité, intitulée 'Just Checking', compte actuellement plus de 4 millions de vues - heureusement, pour chaque commentateur qui a affirmé que la publicité ' leur a donné envie de vomir ', il y en avait beaucoup d'autres qui étaient reconnaissants pour la représentation biraciale dans le un d. Un téléspectateur a déclaré : « Ayant été mixé dans les années 70, je voudrais remercier tout le monde chez Cheerios pour avoir fait une publicité avec un couple interracial ! Je vais acheter des boîtes aujourd'hui ! Merci beaucoup d'avoir reflété à quoi ressemblait ma famille. Cheerios est resté calme au milieu du contrecoup; en tant que vice-président du marketing de General Mills, Camille Gibson a déclaré à Gawker : « Les consommateurs ont répondu positivement à notre nouvelle publicité Cheerios. Chez Cheerios, nous savons qu'il existe de nombreux types de familles et nous les célébrons tous.' En réponse finale au tollé, une autre vidéo YouTube a été réalisée, montrant les réactions des enfants après avoir regardé la publicité. Ils ne voyaient pas de quoi il s'agissait.