Article

6 faits marquants sur les bernaches du Canada


Si vous habitez en Amérique du Nord, vous connaissez probablement la bernache du Canada (et peut-être vous agace-t-elle) (Branta canadensis). Mais que savez-vous des oiseaux à part le fait qu'ils sont partout et klaxonnent beaucoup ? Voici quelques informations pour vous familiariser avec les grands oiseaux bruyants.

1. ILS RÉUSSISSENT PARCE QU'ILS AIMENT LES HABITATS QUE NOUS CRÉONS…

Les bernaches du Canada recherchent certaines choses dans un endroit où vivre et se reproduire : de l'herbe pour manger, de l'eau à boire et des vues dégagées pour détecter le danger. Une partie de la raison pour laquelle les oies sont si communes et si réussies est que les gens ont créé de nombreux espaces qui répondent à ces besoins sous forme de pelouses, de parcs, de terrains de golf, de champs agricoles et d'aéroports. Après des décennies de déclin dû à la chasse et à la perte d'habitat, tout cet habitat sûr et fiable a permis au nombre de Bernaches du Canada en Amérique du Nord de croître rapidement, passant de moins de 500 000 dans les années 1980 à plus de 5 millions aujourd'hui.

2. … ET ÇA A CAUSÉ QUELQUES PROBLÈMES.

L'augmentation du nombre d'oies et leur concentration autour des humains ont conduit l'oie à être considérée comme une nuisance ou un ravageur pour manger de l'herbe et des cultures, encrasser les pelouses et l'eau avec leurs déchets, faire du racket et parfois attaquer les gens tout en défendant leur territoire. Autour des aéroports, les oies représentent également un grave danger pour les avions sous la forme d'impacts d'oiseaux. Bien que les oies et autres oiseaux aquatiques ne soient pas à l'origine de très nombreuses collisions entre oiseaux et aéronefs, les bernaches du Canada sont parmi les espèces qui peuvent causer le plus de dommages aux avions en raison de leur taille et des grands troupeaux dans lesquels elles volent. Les organismes gouvernementaux et les propriétaires fonciers privés ont essayé de nombreuses façons de dissuader les oies, y compris des répulsifs audio qui lancent des cris d'alarme pour les oies ou des appels d'oiseaux de proie ; remplacer les herbes plus courtes par des herbes plus hautes que les oies ne mangent pas ; les effrayer avec la pyrotechnie; et déplacer ou abattre les oiseaux.

3. ILS FORMENT DES GANGS.

Lorsque les populations sont denses, les bernaches du Canada forment généralement des « couvées de gangs », des groupes de 20 à 100 oisons de différents parents qui se déplacent et se nourrissent ensemble accompagnés de quelques adultes. C'est parfois coopératif, les familles se réunissant pour que certains adultes puissent surveiller les bébés tandis que les autres cherchent de la nourriture. Parfois, cependant, rejoindre une couvée de gang n'est pas volontaire, et des couples dominants d'oies sont connus pour attaquer et tuer d'autres adultes et absorber leurs couvées dans la leur. Quoi qu'il en soit, c'est bon pour les oisons, car les familles nombreuses peuvent contrôler plus facilement les meilleurs endroits pour se nourrir.

4. ILS SONT MONOGAME PENDANT LEUR VIE RELATIVEMENT LONGUE.

Les bernaches du Canada trouvent des partenaires vers l'âge de deux ans et les couples restent ensemble pour le reste de leur vie (24 ans en moyenne). Les oiseaux choisissent généralement des partenaires qui sont similaires à leur propre taille corporelle, un modèle connu sous le nom d'« accouplement assortatif ».

5. ILS VOLENT EN « V » POUR L'EFFICACITÉ.

Les bernaches du Canada volent généralement dans une grande formation en forme de V, avec un oiseau en tête et les autres derrière lui en deux lignes divergentes. Il y a deux raisons à cela. Premièrement, la forme en V rend le troupeau plus efficace sur le plan énergétique, avec des tourbillons d'air créés par le battement de chaque oie donnant un peu de portance aux oiseaux derrière elle. Deuxièmement, la formation permet aux oies de maintenir plus facilement le contact visuel les unes avec les autres et de communiquer, ce qui favorise la navigation et la cohésion du troupeau.

6. ILS POURRAIENT ÊTRE L'OISEAU NATIONAL DU CANADA (MAIS PROBABLEMENT NE LE SERONT PAS).

Le Canada compte plus de 450 espèces d'oiseaux résidents et sa juste part d'emblèmes nationaux, mais aucun oiseau national officiel. La Société géographique royale du Canada vise à résoudre ce problème d'ici l'année prochaine, le 150e anniversaire du pays. Ils ont sélectionné 40 candidats parmi les oiseaux qui habitent la campagne et ont demandé au public de voter pour leur favori. La société fera ensuite pression sur le gouvernement pour qu'il attribue la désignation officielle à l'oiseau gagnant. Au moment d'écrire ces lignes, la bernache du Canada occupe une lointaine quatrième place, avec 2703 voix contre 9209 pour le plongeon huard. Au moins, elle est légèrement devant la mésange à tête noire (2530 voix).