Article

7 faits étonnants sur l'amygdale

Nous avons tendance à considérer notre cerveau comme un grand organe à l'intérieur de notre crâne, mais il est en fait composé de nombreuses petites structures qui nous permettent de marcher, de parler, de penser et de ressentir. Parmi celles-ci, l'une des structures les plus connues, l'amygdale, s'est avérée jouer un rôle extrêmement important dans de nombreux processus sociaux et émotionnels, influençant tout, de la santé à la toxicomanie.

Mental_floss a parlé à Rahul Jandial, neurochirurgien et neuroscientifique au City of Hope Cancer Center de Los Angeles, en Californie, et à Brandon Brock, clinicien du Cerebrum Health Centers Brain Initiative Group au Texas, à propos de cette partie fascinante du cerveau.

mots sympas qui commencent par v

1. CE N'EST PAS VRAIMENT UNE STRUCTURE …

L'une des structures les plus connues, l'amygdale est située dans les profondeurs du lobe temporal antéro-inférieur. La région en forme d'amande fait partie du système limbique et est en fait une structure appariée, avec des parties dans chaque lobe temporal, selon Jandial.

Il dit qu'on ne peut survivre qu'avec l'un des deux : « Comment puis-je savoir ? Je peux en retirer une chirurgicalement dans le cadre d'une chirurgie cérébrale appelée amygdalohippocampectomie sélective. En fait, dans les études où des rats, des singes ou des lapins se sont fait retirer leur amygdale, les animaux mènent une vie normale, à l'exception d'un nouveau développement notable : ils ne ressentent pas la peur.

2. … PARCE QUE L'AMYGDALE EST L'USINE DE PEUR DE VOTRE CERVEAU.

Votre peur des serpents et des films d'horreur est en grande partie due à la fonction de votre amygdale, qui 'réagit avant que les lobes frontaux n'apparaissent', explique Jandial. Cela fait partie de votre cerveau instinctif et sert de « thermostat émotionnel ». Il ajoute : 'Ce n'est pas uniquement responsable de la peur, mais de toutes les émotions profondes et viscérales, l'une de ces anciennes régions cérébrales qui peuvent défier la demande du lobe frontal.'

Selon une étude de 2007 enNeurosciences sociales, cognitives et affectives, « l'activité de l'amygdale peut représenter la génération de l'expérience émotionnelle elle-même et/ou elle peut refléter divers aspects du traitement de l'information émotionnelle en corrélation avec l'expérience émotionnelle. »

3. L'AMYGDALA A ÉGALEMENT UNE VÉRITABLE CONNEXION ESPRIT-Corps.

Et pourtant, l'amygdale a des objectifs au-delà de la peur. Il a été démontré qu'il aide à l'apprentissage émotionnel, 'par lequel les indices acquièrent une signification en s'associant à des événements gratifiants ou aversifs', selon un article deOpinion actuelle Neurobiologie. Des recherches plus récentes, écrivent les auteurs, suggèrent que l'amygdale régule des processus cognitifs supplémentaires, tels que la mémoire ou l'attention.



Avec sa capacité à interpréter les stimuli sensoriels dans le monde et à les traduire en réactions physiques, l'amygdale, en tant que document de recherche enNeurosciences sociales, cognitives et affectivessuggère, 'peut ainsi représenter l'attention incarnée - le lien crucial entre les ressources centrales (mentales) et périphériques (corporelles)'.

elle était belle f scott fitzgerald

4. LES DOMMAGES À L'AMYGDALA PEUVENT VOUS LAISSER HEUREUX ET FAIM.

Une amygdale blessée peut laisser une personne « super affamée, excitée sexuellement et obsédée par le fait de mettre des choses dans sa bouche », explique Jandial. Dans d'autres cas, cela peut conduire à une diminution de la peur des risques, et donc à une augmentation des comportements à risque. Les chercheurs ont découvert que les singes adultes ayant subi des amygdalectomies « montraient plus d'indices pro-sociaux et moins de comportements d'évitement envers les autres singes (en bonne santé) ». Dans un cas extrême, les dommages causés à l'amygdale ont empêché une femme de ressentir complètement la peur.

à quoi ressemble une tortue serpentine

5. IL JOUE AUSSI UN RLE DANS LA DOULEUR.

La fibromyalgie est une maladie caractérisée par « une douleur musculo-squelettique généralisée avec une sensibilité diffuse à plusieurs points sensibles », selon une étude menée dansNeurosciences cliniquesdécrit. Brock dit que les changements dans le volume et la fonction de l'amygdale jouent un rôle dans la fibromyalgie et les syndromes de douleur chronique. Cela semble être une conséquence de l'hypervigilance et de l'hypersensibilité de l'amygdale aux sensations internes de douleur ou de traumatisme, selon une étude réalisée enExplorer. 'Cela se traduit par un épuisement des systèmes neuro-endocrinien et immunitaire et un épuisement physique et mental chronique, ainsi que de nombreux symptômes secondaires et complications en cours.'

6. L'AMYGDALE EST LA CLÉ POUR COMPRENDRE LA DÉPENDANCE.

La toxicomanie est considérée comme une maladie du cerveau par la communauté médicale plutôt qu'un manque de volonté ou un défaut de caractère. Selon une étude enRecherche sur le cerveau, un cycle de dépendance commun comprend trois étapes—“préoccupation/anticipation, frénésie/intoxication, etretrait/affect négatif- dans lequel l'impulsivité domine souvent aux premiers stades et la compulsivité domine aux stades terminaux. L'amygdale est recrutée dans la phase de retrait final, où elle envoie des signaux de stress au corps, poussant une personne à avoir envie de plus de sa substance.

7. MALGRÉ LES PROGRÈS DE LA TECHNOLOGIE D'IMAGERIE CÉRÉBRALE, C'EST ENCORE DIFFICILE À ÉTUDIER.

Bien que nous en sachions beaucoup plus sur l'amygdale depuis sa découverte dans les années 1930 chez les singes, il reste encore beaucoup à apprendre. En raison de la localisation cérébrale profonde de l'amygdale et de son enchevêtrement avec d'autres structures cérébrales voisines, il est difficile de trouver « des moyens exacts de surveiller sa fonction, sa production et toutes les régions sur lesquelles elle a une influence synaptique. Le temps et d'autres recherches scientifiques permettront, espérons-le, de le révéler », explique Brock.