Article

7 grands contes sur la vie dans les années 1500 et les origines des phrases

Il arrive dans votre boîte de réception avec une régularité surprenante : « La vie dans les années 1500 », une collection d'histoires incroyables derrière de vieux dictons comme « jetez le bébé avec l'eau du bain » et « mâchez la graisse ». 'Incroyable' est le mot clé. Les histoires sont incroyables; dommage qu'ils ne soient pas vrais. Voici le vrai scoop derrière le premier ensemble d'expressions dans cet e-mail de farce.

1. Jeter le bébé avec l'eau du bain

Wikimedia Commons

Le Grand Conte :Les bains consistaient en une grande baignoire remplie d'eau chaude. L'homme de la maison avait le privilège de la belle eau propre, puis tous les autres fils et hommes, puis les femmes et enfin les enfants – le dernier de tous les bébés. À ce moment-là, l'eau était si sale que vous pourriez en fait perdre quelqu'un dedans, d'où le dicton : « Ne jetez pas le bébé avec l'eau du bain.

Les faits:Dans les années 1500, lorsque « l'eau courante » signifiait la rivière, remplir une grande baignoire d'eau chaude était une tâche monumentale. Une version en tissu humide d'un bain à l'éponge était tout ce que la plupart des gens pouvaient gérer. Au XIXe siècle, les écrivains anglais ont emprunté le proverbe allemand « Das Kind mit dem Bade ausschütten] [jeter le bébé avec l'eau du bain]. Le dicton est apparu pour la première fois en version imprimée dans l'œuvre satirique de Thomas MurnerConjurer des imbéciles(Appel aux fous) en 1512. À en juger par la gravure sur bois illustrant le dicton, les mères pouvaient remplir une baignoire assez grande pour baigner un bébé, mais l'enfant pouvait difficilement se perdre dans l'eau sale.

2. Faire pleuvoir les chats et les chiens

Wikimedia Commons



Le Grand Conte :Les maisons avaient des toits de chaume – de la paille épaisse, entassée en hauteur, sans bois en dessous. C'était le seul endroit où les animaux pouvaient se réchauffer, donc tous les chiens, chats et autres petits animaux (souris rats et insectes) vivaient dans le toit. Quand il pleuvait, cela devenait glissant et parfois les animaux glissaient et tombaient du toit, d'où le dicton « Il pleut des chats et des chiens ».

Les faits:Les souris et les rats (pas les chats et les chiens) se sont enfouis dans le chaume, mais même eux devaient être au-dessus du chaume pour glisser sous la pluie. Les étymologues proposent plusieurs théories sur l'origine de l'expression, qui est apparue pour la première fois au XVIIe siècle, et non au XVIe :

• Cela pourrait faire référence à l'inimitié bien connue entre deux animaux et ainsi faire allusion à la fureur de « s'y prendre comme des chats et des chiens ».

• William et Mary Morris suggèrent que l'expression est née de la croyance médiévale selon laquelle les sorcières sous la forme de chats noirs chevauchaient les tempêtes et de l'association du dieu nordique des tempêtes Odin avec des chiens et des loups, mais comme l'expression est apparue si tard, elles semblent sources improbables.

des choses qui font un pied de long

• Gary Martin, auteur de la section Significations et origines du site Web Phrase Finder, déclare qu'il n'y a aucune preuve de la théorie selon laquelle « pluie des chats et des chiens » provient d'une version du mot françaiscatadoupe, signifiant cascade. Au lieu de cela, Martin propose que, « La source beaucoup plus probable de« pleuvoir des chats et des chiens »est le fait prosaïque que, dans les rues sales de l'Angleterre du 17ème/18ème siècle, de fortes pluies emportaient occasionnellement des animaux morts et d'autres débris… Jonathan Swift décrit un tel événement dans son poème satirique « Une description d'une douche en ville », publié pour la première fois dans la collection de 1710 de laTatlermagazine.'

• Mais là encore, Swift était connu pour ses envolées fantaisistes et l'expression était utilisée depuis le milieu des années 1600. Peut-être que ces histoires élaborées sont gratuites. « Il pleut des chats et des chiens » peut simplement être une façon imaginative de décrire une tempête violente.

3. Saleté pauvre

Getty Images

Le Grand Conte :Le sol était en terre battue. Seuls les riches avaient autre chose que de la saleté – d'où le dicton « la saleté des pauvres ».

Les faits:Dans les cottages les plus simples, le sol était peut-être en terre battue, mais ceux qui en avaient les moyens avaient du parquet. « Dirt Poor » est une expression américaine documentée pour la première fois dans les années 1930, selon leDictionnaire anglais d'oxford, et une recherche sur Google Livres confirme la demande.

4. Seuil

Le Grand Conte :Les riches avaient des sols en ardoise qui devenaient glissants en hiver lorsqu'ils étaient mouillés, alors ils étendaient du battage sur le sol pour aider à garder leur équilibre. Au fur et à mesure que l'hiver avançait, ils n'arrêtaient pas d'ajouter du battage jusqu'à ce que lorsque vous ouvriez la porte, tout commençait à glisser à l'extérieur. Un morceau de bois a été placé dans l'entrée, d'où une « prise de battage ».

Les faits:Les riches avaient du parquet. Les planches étaient rugueuses, elles étaient donc recouvertes soit de tapis, soit, oui, de joncs ou de roseaux, mais ceux-ci étaient généralement changés tous les jours. Bien que dans le dialecte écossais, les roseaux étaient parfois appelés « battre », le seuil a une origine différente. Ça vient defroidou alorsseuil, qui est lié au dialecte allemand Drischaufel. Le premier élément est lié au thresh (au sens germanique, « bande de roulement »), mais l'origine du deuxième élément est inconnue.

5. Bouillie de pois chaude, bouillie de pois froide

Wikimedia Commons

Le conte:Ils cuisinaient dans la cuisine avec une grande bouilloire qui pendait toujours au-dessus du feu. Chaque jour, ils allumaient le feu et ajoutaient des choses à la marmite. Ils mangeaient surtout des légumes et n'obtenaient pas beaucoup de viande. Ils mangeaient le ragoût pour le dîner, laissant les restes dans la marmite pour qu'ils refroidissent pendant la nuit, puis recommençaient le lendemain. Parfois, le ragoût contenait de la nourriture qui était là depuis un certain temps – d'où la rime « bouillie de pois chaude, bouillie de pois froide, bouillie de pois dans la marmite de neuf jours ».

Les faits:OK, celui-ci est en fait vrai (sauf pour l'affirmation selon laquelle tout le monde l'aime froid). Le pois, comme il est souvent orthographié dans le chant, est une orthographe archaïque de « pois », donc la bouillie de pois est ce que nous appelons maintenant « soupe aux pois ».

6. Pour ramener le bacon à la maison

Getty Images

Le Grand Conte :Parfois, ils pouvaient obtenir du porc, ce qui les rendait très spéciaux. Lorsque les visiteurs venaient, ils raccrochaient leur bacon pour se montrer. C'était un signe de richesse qu'un homme « puisse ramener le bacon à la maison ».

Les faits:Certains auteurs font remonter l'expression « ramenez le bacon à la maison » au fait d'attraper le cochon graissé lors d'une foire et de le ramener à la maison comme un prix. D'autres prétendent que l'origine est dans une coutume anglaise datant du 12ème siècle d'attribuer un 'flitch of bacon' (côté de porc) aux couples mariés qui peuvent jurer de ne pas avoir regretté leur mariage pendant un an et un jour. La « femme de bain » de Chaucer fait référence à la coutume, qui survit encore dans quelques villages anglais. Un problème, cependant : l'expression n'est apparue sur papier qu'en 1906, lorsqu'un journal new-yorkais a cité un télégramme de la mère d'un boxeur lui disant « [V] tu ramènes le bacon à la maison. Bientôt, de nombreux journalistes sportifs couvrant la boxe ont repris l'expression.

7. Mâcher la graisse

Wikimedia Commons

Le Grand Conte :Ils coupaient un peu de [bacon] à partager avec les invités et s'asseyaient tous autour et « mâchaient le gras ».

mots qui épellent d'autres mots à l'envers

Les faits:leDictionnaire anglais d'oxfordéquivaut à « mâcher la graisse » avec « mâcher le chiffon ». Les deux expressions datent de la fin du 19e siècle et signifient discuter d'une question, surtout en se plaignant; réitérer un vieux grief; grogner; se disputer; parler ou discuter ; pour filer un fil. J. Brunlees Patterson dansLa vie dans les rangs de l'armée britannique en Inde et à bord d'un navire de troupe(1885), parle des « divers détournements de siffler, chanter, argumenter, mâcher le chiffon ou la graisse ». En d'autres termes, « mâcher la graisse » est un exercice oisif des gencives qui produit peu de nourriture.

Sources:Architecture domestique : contenant une histoire de la science; « Flitch of Bacon », Wikipédia ; « Logement dans l'Angleterre élisabéthaine »,La vie quotidienne à travers l'histoire ;Visionneuse Ngram de Google Livres ; Le chercheur d'expression ; Snopes.com ; Dictionnaire Morris des origines des mots et des phrases, 1971; New Oxford American Dictionary, 2e éd.; Dictionnaire anglais Oxford en ligne.