Article

9 femmes pirates que vous devriez connaître

Quand vous pensez aux pirates, vous imaginez probablement des boucaniers barbus ou des scalawags à pattes avec des noms comme Barbe Noire, Barberousse et Calico Jack. Alors que la plupart des pirates étaient des hommes, il y avait des femmes dans ces rangs de pillards qui étaient tout aussi impitoyables, notoires et redoutées. Couvrant le globe et les siècles, nous vous présentons les tristement célèbres pirates des sept mers.

1.Anne Bonny

le pardon le plus infâme de notre histoire
Wikimedia Commons

Née Anne Cormac en 1698, cette Irlandaise aux mèches rouges pulpeuses et au tempérament dangereux est devenue une icône de L'âge d'or de la piraterie (1650-1730) après avoir épousé le petit pirate James Bonny. Le père respectable d'Anne l'a désavouée à cause du mariage, alors elle et son nouveau mari ont déménagé dans une partie des Bahamas surnommée la République des pirates, une sorte de sanctuaire pour les scalawags. Mais les Bonny n'ont pas été heureux et mariés longtemps.

Ils ont divorcé et elle a pris Calico Jack Rackham, d'abord comme son amant, puis comme son premier lieutenant du navireVengeance. En octobre 1720, elle et le reste de l'équipage de Rackham furent capturés malgré les vaillantes tentatives de Bonny et de sa compagne Mary Read pour repousser l'avancée des forces anglaises. Bonny a blâmé Rackham pour leur capture. Ses derniers mots en prison sont enregistrés comme suit : 'Désolé de vous voir là-bas, mais si vous vous étiez battu comme un homme, vous n'auriez pas été pendu comme un chien'.

Il a été pendu, mais la grossesse de Bonny lui a valu un sursis à exécution. Cependant, aucune trace historique de sa condamnation à mort n'a été trouvée. Certains spéculent que son père riche a payé un beau prix pour la faire libérer.

deux.Marie Lire

Wikimedia Commons

La meilleure amie d'Anne Bonny était Mary Read, une Anglaise née bâtarde de la veuve d'un capitaine de navire. Alors qu'on disait que Bonny portait des vêtements qui l'identifiaient comme une femme, Read avait une longue histoire de se faire passer pour un homme qui remonte à sa jeunesse. Sa mère habillerait Read comme son défunt frère aîné pour soutirer de l'argent à la grand-mère paternelle du garçon décédé. Des années plus tard, elle a rejoint l'armée britannique sous le nom de Mark Read. Elle a trouvé l'amour avec un soldat flamand, mais à sa mort prématurée, Read s'est dirigé vers les Antilles. Comme le destin l'a voulu, son navire a été pris par des pirates, qui l'ont poussée à rejoindre leurs rangs.



Travesti en homme, Read embarque avec Anne Bonny et Calico Jack sur leVengeanceen 1720. Certaines histoires suggèrent que seuls Bonny et Jack connaissaient la féminité de Read, et seulement parce que ce dernier est devenu jaloux lorsque le premier a flirté avec « Mark ». Plus tard cette année-là, un tiers de leur équipe apprendra le secret de Read et elle le revendique comme son mari.

Quand leVengeancea été capturé par le chasseur de pirates capitaine Jonathan Barnet, Read a rejoint Bonny pour « plaider le ventre ». Mais la grossesse de son mari sans nom ne la sauverait pas. Elle mourut le 28 avril 1721, d'une violente fièvre dans sa cellule de prison. Aucune trace n'est faite de l'enterrement d'un bébé. Certains soupçonnent Read et le nourrisson sont morts pendant l'accouchement.

3.Sadie la chèvre

montereyboats.com

Pirate américaine du 19ème siècle, Sadie Farrell a gagné son surnom inhabituel pour son mode opératoire violent. Dans les rues de New York, Sadie a acquis une réputation d'agresseur impitoyable en donnant des coups de tête à ses victimes. On dit que Sadie a été chassée de Manhattan lorsqu'une autre femme coriace, Gallus Mag, s'est bagarrée avec elle, lui mordant l'oreille.

Pour fuir la ville, elle a disputé un nouveau gang pour voler un sloop au printemps 1869. Avec un Jolly Roger flottant au-dessus d'eux, Sadie et son équipage sont devenus des pirates qui ont balayé les rivières Hudson et Harlem pour butin. Elle menait des raids dans les fermes et les manoirs chics qui parsemaient les rives de la rivière, kidnappant parfois des gens contre rançon. À la fin de l'été, ces raids sont devenus trop risqués car les agriculteurs ont commencé à tirer sur le sloop à mesure qu'il approchait. Ainsi, Sadie la Chèvre est retournée sur le continent, où elle a fait la paix avec Gallus Mag, qui a rendu à Sadie son oreille perdue qui avait été conservée pour la postérité.

Connue maintenant sous le nom de « Reine du front de mer », Sadie a pris son oreille démembrée et l'a placée dans un médaillon, qu'elle portait autour de son cou pour le reste de ses jours.

Quatre.Reine teuta d'illyrie

Wikimedia Commons

L'une des premières femmes pirates enregistrées était en fait une reine des pirates. Une fois que son mari Agron est mort en 231 avant JC, Teuta d'Illyrie est devenue la reine régente, car son beau-fils Pinnes était trop jeune pour régner. Au cours de ses quatre années de règne sur la tribu Ardiaei de ce qui est maintenant les Balkans occidentaux, Teuta a encouragé la piraterie comme moyen de lutter contre les voisins dominateurs de l'Illyrie. Cela signifiait non seulement le pillage des navires romains, mais aussi la capture de Dyrrachium et de Phénice. Ses pirates se sont étendus de la mer Adriatique à la mer Ionienne, terrorisant la route commerciale de la Grèce et de l'Italie. Alors que les marins de la tribu de Teuta ont apporté à son royaume une grande richesse et un grand pouvoir, ils lui ont également valu un grand ennemi.

Les Romains envoyèrent des représentants à Teuta pour une réunion diplomatique. Elle s'est moquée de leurs supplications, insistant sur le fait que sa tribu considère la piraterie comme faisant partie du commerce licite. De là, la diplomatie est sortie par la fenêtre. On ne sait pas ce que les représentants romains ont dit ensuite. Mais un ambassadeur a été tué, tandis que l'autre a été emprisonné. Ainsi commença une guerre entre Rome et l'Illyrie qui dura de 229 av. J.-C. à 227 av. J.-C., lorsque Teuta fut forcée de se rendre à des conditions qui réduisaient son pouvoir et forçaient sa tribu à payer un tribut annuel à Rome.

Bien qu'elle ait continué à se plaindre de la domination romaine, elle a perdu son trône. Le reste de sa vie a été perdu pour l'histoire.

5.De retour des morts rouge

Née fille d'un Français et d'une Haïtienne au 17ème siècle, Jacquotte Delahaye a volé des fortunes incalculables et capturé l'imagination de nombreux conteurs marins. Ce boucanier a perdu sa mère en couches et son frère était handicapé mental, et une fois que son père a été assassiné, Delahaye a été laissée seule pour s'occuper de lui. La légende raconte que le piratage est la façon dont elle a réussi à le faire.

Son surnom vient de l'aspect le plus populaire de son histoire, qui prétend que cette pirate aux cheveux roux a simulé sa propre mort pour échapper aux forces gouvernementales qui se rapprochaient d'elle dans les années 1660. De là, elle a pris une nouvelle identité, vivant plusieurs années en tant qu'homme. Enfin, lorsque la chaleur s'est calmée, elle a refait surface avec son nouveau surnom accrocheur, Back From the Dead Red.

6.La lionne de Bretagne

Le conte de Jeanne de Clisson est celui de la tragédie, de la vengeance et de la mise en scène. En tant qu'épouse d'Olivier III de Clisson, Jeanne était une mère de cinq enfants heureuse et mariée et une dame de Bretagne, en France. Mais lorsque les guerres terrestres entre l'Angleterre et la France ont conduit son mari à être accusé de trahison et puni de décapitation, elle a juré de se venger du roi de France Philippe VI.

La veuve de Clisson a vendu toutes ses terres pour acheter trois navires de guerre, qu'elle a surnommés sa flotte noire. Celles-ci étaient peintes en noir, drapées de voiles rouge sang et équipées de corsaires impitoyables. De 1343 à 1356, la Lionne de Bretagne sillonna la Manche, capturant les navires du roi de France, abattant son équipage et décapitant à la hache tout aristocrate qui aurait le malheur d'être à bord. Remarquablement, malgré tous ses vols et effusions de sang, de Clisson se retira tranquillement. Elle s'est même remariée, s'installant avec le lieutenant anglais Sir Walter Bentley.

On pense qu'elle est décédée en 1359, certains disent qu'elle est depuis retournée au château de Clisson en Bretagne, où son fantôme gris parcourt les couloirs.

7.Anne Dieu-Le-Veut

Cette femme française était également originaire de Bretagne, dont le nom se traduit par Anne God-Wants, un titre censé parler de sa nature tenace. Elle est arrivée sur l'île caribéenne de Tortuga à la fin des années 1660 ou au début des années 1670. De là, elle a subi des années difficiles qui l'ont rendue veuve à deux reprises, ainsi qu'une mère de deux enfants. Mais comme le destin l'a voulu, son deuxième mari a été tué par l'homme qui était devenu son troisième. Dieu-le-Veut a insisté pour un duel avec Laurens de Graaf, pour venger son défunt compagnon. Le boucanier hollandais a été tellement pris par son courage qu'il a refusé de la combattre et lui a plutôt offert sa main. Ils se marièrent le 28 juillet 1693 et ​​eurent deux autres enfants.

Dieu-le-Veut a mis les voiles avec de Graaf, ce qui était considéré comme étrange car de nombreux marins considéraient les femmes sur les navires comme de la malchance. Pourtant, la relation de Dieu-le-Veut et de Graaf a été comparée à celle d'Anne Bonny et Calico Jack, en ce sens qu'ils étaient des partenaires inséparables qui se moquaient de la superstition. Comme de nombreux pirates, leur histoire est une histoire qui se fracture dans son dernier chapitre.

La légende de Dieu-le-Veut a ce large cuivré qui prend la relève en tant que capitaine lorsque de Graaf a été abattu par un coup de boulet de canon. D'autres suggèrent que le couple a fui vers le Mississippi vers 1698, où ils ont peut-être continué ou non à pirater. Et encore d'autres contes prétendent que l'esprit pugnace de Dieu-le-Veut a survécu dans sa fille, qui aurait fait froncer les sourcils en Haïti en exigeant un duel avec un homme.

8. Sayyida al Hurra

paulinespiratesetcorsaires

Contemporain et allié du pirate turc Barberousse, Sayyida al-Hurra était une reine des pirates et a été la dernière femme à recevoir le titre d'al Hurra (Reine), après la mort de son mari qui avait régné sur Tétouan, au Maroc. En fait, son vrai nom est inconnu. Sayyida al Hurra est un titre qui se traduit par'noble dame libre et indépendante; la femme souveraine qui ne s'incline devant aucune autorité supérieure.

Elle a régné de 1515 à 1542, contrôlant la mer Méditerranée occidentale avec sa flotte de pirates tandis que Barbarossa parcourait la côte est. L'inspiration d'Al Hurra pour se lancer dans la piraterie est venue d'un désir de vengeance contre «l'ennemi chrétien» qui, selon elle, lui avait fait du tort des années auparavant lorsque les monarques catholiques Ferdinand et Isabella ont chassé sa famille musulmane de Grenade. Elle était une figure redoutée pour les Espagnols et les Portugais, dont les archives historiques sont parsemées de paperasse impliquant des rapports sur ses exploits et ses rançons.

pourquoi les états-unis n'utilisent-ils pas le système métrique

Au sommet de son pouvoir, al-Hurra s'est remariée avec le roi du Maroc, mais a refusé de céder son siège de pouvoir à Tétouan. Mais en 1542, elle n'a pas eu le choix lorsque son gendre l'a renversée. leTemps du Yémenpèse sur son dernier chapitre en écrivant: 'Elle a été dépouillée de ses biens et de son pouvoir et son sort ultérieur est inconnu.'

9.Ching Shih

Wikimedia Commons

L'un des pirates les plus redoutés de tous les temps était cette menace de la mer de Chine. Née à des débuts modestes sous le nom de Shi Xiang Gu, elle travaillait comme prostituée lorsque des pirates l'ont capturée. En 1801, elle épousa le célèbre pirate chinois Zheng Yi (alias Cheng I), issu d'une longue lignée de redoutables voleurs. La flotte Red Flag de Yi était immense, composée de 300 navires et quelque part entre 20 000 et 40 000 hommes. Mais tout cela risquait de s'effondrer lorsqu'il mourut le 16 novembre 1807.

Gu devint connue sous le nom de Ching Shih, ce qui signifiait veuve de Zheng. Elle n'a pas tardé à rechercher le soutien de sa belle-famille dans sa candidature à la direction de la flotte Red Flag. Pour l'aider à maintenir les préoccupations quotidiennes d'une armée de pirates tentaculaire, Ching Shih a demandé l'aide de Chang Pao, le fils d'un pêcheur qui avait été adopté par Yi. Ils se sont avérés être une excellente équipe et, en 1810, la flotte rouge aurait atteint 1 800 voiliers et 80 000 membres d'équipage. Pour en gérer autant, Ching Shih a essentiellement mis en place son propre gouvernement pour établir des lois et même des impôts. Pourtant, elle n'était pas douce au toucher. Enfreindre ses lois conduit à la décapitation. Elle était vénérée et redoutée jusqu'en Grande-Bretagne.

En 1810, Ching Shih et sa flotte ont envisagé de se retirer du commerce de la piraterie lorsque l'amnistie a été offerte. Cependant, pour l'obtenir, un pirate doit plier le genou devant les représentants du gouvernement. Cela a été considéré comme un signe de reddition honteuse, mais Ching Shih a trouvé un moyen intelligent de faire des compromis. Accompagnée de Pao et de 17 femmes et enfants, elle est entrée dans le bureau du fonctionnaire Zhang Bai Ling et lui a demandé de l'épouser, elle et son premier compagnon. Il l'a fait, et les jeunes mariés se sont agenouillés pour le remercier. Ching Shih a pris sa retraite avec sa dignité et tout son butin mal acquis, ce qui, selon certains, fait d'elle la pirate la plus prospère de tous les temps. Elle a vécu jusqu'à l'âge de 69 ans.