Article

Mais sérieusement : pourquoi conduisons-nous sur les promenades et stationnons-nous sur les allées ?

'Hey! Comment se fait-il que nousconduireause garermanières etse garerauconduirefaçons? Hein? Hein? Ai-je raison?!'

Bon chagrin. Ce one-liner rouillé a parcouru beaucoup de kilomètres, mais peu se rendent compte que la question est en réalité une réponse.

Les mots « conduire » et « garer » existaient bien avant les automobiles. N'oubliez pas que chaque fois que vous écrivez ou parlez, vous votez avec votre vocabulaire. Les langues évoluent avec le temps et la signification d'un terme donné est sujette à des changements spectaculaires en fonction des caprices de ses utilisateurs.

Dans les années 1800, par exemple, « se garer » signifiait planter des arbres, des fleurs et d'autres morceaux de végétation. Une « place de parking » n'avait donc rien à voir avec des véhicules à l'arrêt. Au lieu de cela, il s'agissait d'un emplacement spécialement conçu pour encourager une croissance végétale diversifiée et extensive à des fins non agricoles.

Pourtant, beaucoup ont été rapidement réquisitionnés pour un objectif entièrement différent. L'historien Kirk Savage écrit : « Au tournant du siècle, de telles aires de stationnement étaient parfois utilisées pour accueillir des calèches lors d'occasions spéciales... Lorsque les automobiles ont commencé à envahir les villes au début du XXe siècle, les aires de stationnement ont été consacrées au stockage des voitures. et le mot a commencé à se référer aux voitures elles-mêmes plutôt qu'aux arbres et à l'herbe qu'elles remplaçaient.

Au cours de cette période de transition, les promenades américaines ont également commencé à prendre forme. Les réformateurs métropolitains, qui craignaient les coûts sanitaires de la croissance industrielle, ont commencé à créer des parcs boisés dans les villes du pays, espérant que leurs arbres rendraient l'air urbain plus respirable. Au fur et à mesure que les automobiles gagnaient en popularité, des routes spéciales adaptées aux voitures ont été tracées à travers ces parcs. Sans imagination, ceux-ci ont été nommés « parkways ».

Les promenades n'ont donc rien à voir avec le stationnement réel des véhicules. Mais qu'en est-il des « allées » ? Eh bien, ce mot particulier existe depuis au moins 1884 et a essentiellement le même sens depuis, à savoir un chemin qui relie la propriété privée de quelqu'un à une voie publique. Cependant, alors que les longues allées étaient autrefois la norme (et, par conséquent, permettaient plus de conduite), le spécimen moyen d'aujourd'hui n'est guère plus qu'une petite station de stationnement personnelle.