Article

Les 10 films les plus effrayants de Disney

Disney : Connu pour ses chansons entraînantes, ses compagnons d'animaux mignons, ses princesses courageuses… et parfois pour marquer les enfants à vie. Beaucoup des moments les plus bouleversants de Disney ont à voir avec la mort - la mère de Bambi et le père de Mufasa, par exemple - mais parfois le studio va avec un simple film d'horreur. À l'approche d'Halloween, voici 10 des films les plus effrayants de Disney.

1.Retour à Oz(1985)

Retour Ozétablit son « attente, ce que leenferest-ce que je regarde ? » dès le début, lorsque Dorothy Gale, de retour au Kansas après ses aventures à Oz, est envoyée chez le médecin pour une série de thérapies par électrochocs afin de guérir son insomnie et ses « délires ». Dorothée est sauvée d'elleVol au dessus d'un nid de coucousort et s'envole à nouveau vers Oz, où elle découvre que le roi Nome et la princesse Mombi - Nicol Williamson et Jean Marsh, qui ont également joué le médecin et l'infirmière en chef - ont détruit la ville d'émeraude et transformé la plupart de ses habitants en pierre. Fairuza Balk, qui jouera Dorothy dans son premier rôle dans un long métrage, jouera ensuite dans le favori perpétuel d'Halloween.Le métier.Retour à Ozest le seul film réalisé par le légendaire monteur Walter Murch, le plus célèbre pour son travail surApocalypse maintenant.

deux.Quelque chose mauvaise cette manière vient(1983)

Les œuvres rassemblées de Ray Bradbury ont été adaptées dans des dizaines de films, dont seulement une poignée ont été écrites par le défunt auteur lui-même. Le dernier long métrage écrit par Bradbury est celui de 1983Quelque chose mauvaise cette manière vient, qui dans son premier acte est un drame typique, doux, quoique quelque peu sombre, sur deux jeunes garçons qui grandissent dans une petite ville du Midwest. Puis un carnaval arrive en ville, et les choses deviennentréelfoiré. Le carnaval est dirigé par M. Dark (Jonathan Pryce), qui exauce les souhaits des habitants de la ville d'une manière qui… eh bien, disons simplement qu'ils ne sont pas très gentils.

3.M. Boogedy(1986)

« Film des années 80 conçu pour la télévision sur un vendeur de cadeaux gag et sa famille » ne crie pas la terreur, maisM. Boogedydéfie les chances d'avoir des moments légitimement effrayants. Certes, ce n'est pas un film subtil : une famille qui emménage dans un manoir délabré dans une ville appelée Lucifer Falls ne devrait pas vraiment s'attendre à avoir une vie facile. Le manoir, croyez-le ou non, est hanté par non pas un maisTroisesprits : une veuve, son enfant et l'éponyme M. Boogedy, qui à l'époque coloniale a vendu son âme à Satan pour une cape qui lui donne des pouvoirs magiques. C'est la conception des personnages de M. Boogedy qui donne au film son plus gros facteur de ick ; le maquilleur du film, Rick Stratton, remportera deux Emmy Awards. La cape de M. Boogedy est finalement aspirée dans un aspirateur possédé.

Quatre.Le guetteur dans les bois(1980)

Réalisateur John HoughLe guetteur dans les boisn'est pas seulement effrayant parce que cela donne à Bette Davis et au courantDe vraies femmes au foyer de Beverly Hillsla star (et actrice d'alors) Kyle Richards une bonne partie du temps d'écran partagé. Basé sur un roman de 1976, le film, commeM. Boogedy- suit une famille qui emménage dans une maison mystérieuse hantée par une présence mystérieuse. DansLe guetteur dans les bois, cette présence serait Karen, la fille disparue depuis longtemps du propriétaire de la maison, jouée par Davis, un collectionneur de chèques de paie. Alerte spoiler : il y a en faitdeuxprésences. L'une est Karen. L'autre est un extraterrestre. La fin originale deLe guetteur dans les boisa en fait montré l'extraterrestre, mais les effets étaient si mauvais que le premier public a éclaté de rire, obligeant Hough à refilmer la scène finale culminante avec les extraterrestres comme un vague flou de lumière.

5.Les Aventures d'Ichabod et de M. Toad(1949)

Sorti en 1949,Les Aventures d'Ichabod et de M. Toadest composé de deux adaptations littéraires d'une demi-heure adaptées aux enfants, la première deLe vent dans les sauleset le second de 'The Legend of Sleepy Hollow'. Aucun des segments n'est particulièrement effrayant… jusqu'aux dernières minutes de 'Sleepy Hollow', lorsque les animateurs ont tout mis en œuvre pour faire de la fuite de l'enseignant Ichabod Crane du cavalier sans tête un candidat à la scène la plus effrayante de Disney. Clyde Geronimi, qui avec Jack Kinney a réalisé la séquence 'Sleepy Hollow', continuerait à co-réaliserCendrillon,Alice au pays des merveilles,Peter Pan,la belle et le Clochard,La belle au bois dormant, et101 Dalmatiens.

liste de tous les enfants des poubelles

6.Pinocchio(1940)

Jiminy Cricket sautillant et The Blue Fairy chantant 'When You Wish Upon a Star' pourraient être les images les plus durables du deuxième long métrage d'animation de Disney, mais n'oublions pas quePinocchiopourrait être effrayant quand il le fallait. Le carburant de cauchemar le plus puissant du film vient de la scène où un groupe d'enfants sont magiquement transformés en ânes terrifiés et pleurant afin qu'ils puissent être vendus comme esclaves. On dirait que Disney a eu le goût de causer des traumatismes infantiles dès le début.



7. 'La danse des squelettes' (1929)

Effrayant et mignon : pourquoi pas les deux ? Le court métrage 'The Skeleton Dance' de 1929 enfile habilement l'aiguille, avec sa représentation d'un quatuor de squelettes dansant autour d'un cimetière en maintenant le ton loufoque qui caractérise la plupart des premiers courts métrages de Disney tout en offrant une bonne dose de frissons. 'The Skeleton Dance' a été dessiné par Ub Iwerks, qui, plusieurs années auparavant, avait conçu Mickey Mouse.

8.Fantaisie(1940)

La plupart des segments de DisneyFantaisie sont nettement moins effrayants – à moins que vous ne considériez que les hippopotames de danse de ballet dérangent, ce qui a beaucoup de sens – mais avec «Night on Bald Mountain», Disney est devenu une nuit sombre et orageuse. Sur la chanson titre du compositeur Modest Moussorgski, le film dépeint l'ancienne divinité slave Chernabog (dont le nom signifie « dieu noir ») appelant toutes sortes de créatures démoniaques avant d'être chassé par le lever du soleil. Bela Lugosi a servi de référence en direct à Chernabog, passant une journée aux studios Disney à prendre une série de poses inquiétantes. Rien de ce que Lugosi a fourni n'a finalement été utilisé, car l'animateur Bill Tylta n'a pas été impressionné par cela.

9.Le Chaudron Noir(1985)

Le Chaudron Noira été un échec tristement célèbre pour Disney, gagnant à peine 20 millions de dollars au niveau national contre un budget qui en faisait, à l'époque, 'le long métrage d'animation le plus cher jamais réalisé'. Avec le film, Disney a abandonné les chansons et la sensation de légèreté qui marquaient jusque-là ses caractéristiques animées au profit d'une épopée fantastique plus sombre; notamment,Le Chaudron Noira été le premier long métrage d'animation Disney à obtenir une cote PG. Bien qu'il soit notoirement considéré comme un flop, il y a un domaine dans lequelLe Chaudron Noirest assez réussi : rendant son méchant, le Roi Cornu, absolument terrifiant. Même la façon dont il meurt est cauchemardesque : le chaudron noir magique que le roi cornu espérait lui donner le pouvoir de conquérir le monde avec une armée de morts-vivants fait fondre sa chair. C'est un peu plus horrible que la plupart des méchants de Disney qui tombent généralement par mort.

dix.Hocus Pocus(1993)

Initialement sorti en 1993 pour des retours au box-office médiocres (Disney a fait le choix étrange de sortir ce film sur le thème d'Halloween en juillet), le réalisateur Kenny OrtegaHocus Pocus a continué à atteindre le statut de culte. Omri Katz, depuis retraité du métier d'acteur, incarne Max Dennison, qui, avec sa voisine Allison et sa sœur cadette Dani, doit vaincre les sœurs Sanderson, un trio de sorcières qui ont été pendues lors des procès des sorcières de Salem. L'une des sorcières a été jouée par Sarah Jessica Parker, dont l'ancêtre Esther Elwell a été accusée d'être une sorcière à Salem au XVIIe siècle ; elle a échappé à l'exécution lorsque les poursuites pour sorcellerie ont été supprimées.