Article

Est-ce que craquer vos jointures vous donne vraiment de l'arthrite ?

Vous l'avez déjà entendu. Vous êtes dans une pièce calme au milieu d'un rassemblement de personnes, et puis - POP ! - un petit bruit de craquement retentit, suivi d'un autre, et d'un autre, et d'un autre. Pour certains, craquer les jointures est une habitude, tandis que pour d'autres, ce petit pop soulage. Et ce n'est pas seulement réservé aux durs à cuire avant qu'ils ne battent les gens : entre 25 et 54 % de toutes les personnes se font craquer les doigts plusieurs fois par jour. Mais l'histoire des vieilles femmes est-elle vraie ? Ces craquelins sont-ils plus susceptibles de se blesser les mains et de développer progressivement de l'arthrite en vieillissant ?

Bref, non ! Malgré la rumeur que les enfants entendent constamment, il s'avère qu'il n'y a pas de corrélation scientifique entre le fait de craquer vos doigts et le développement d'arthrite dans vos articulations, c'est-à-dire lorsqu'un ou plusieurs des points de rencontre de vos os développent une inflammation.

Lorsque vous faites craquer vos jointures, vous faites en fait plus d'éclatement que de craquement. Le bruit sec que vous entendez est causé par de petites bulles qui éclatent dans votre liquide synovial, une substance semblable à du jaune qui lubrifie les zones entre les os et réduit la friction pour faciliter les mouvements.

Voici comment cela fonctionne : lorsque vous faites le mouvement pour faire craquer vos jointures, soit en étirant vos doigts, soit en les pliant vers l'arrière, vous dilatez l'articulation. Cela fait diminuer la pression entre l'articulation, ainsi que les ligaments qui relient les os et la capsule articulaire qui maintient le tout ensemble. Cette dépressurisation provoque la formation de gaz comme le dioxyde de carbone, l'azote et l'oxygène dissous dans le liquide synovial en petites bulles qui se précipitent dans l'espace vide. Au fur et à mesure que les joints se remettent en place, le fluide revient également à sa place et fait éclater ces petites bulles, provoquant ce craquement reconnaissable.

La sensation de craquer les doigts est agréable car l'étirement de l'articulation stimule également les terminaisons nerveuses qui se trouvent le long des doigts ; les articulations ne peuvent pas être fissurées plus d'une fois en 15 minutes à une demi-heure, ce qui correspond à peu près au temps qu'il faut pour que ces gaz se dissolvent dans votre liquide synovial.

Parmi les études scientifiques menées pour prouver qu'il n'y a pas de corrélation entre le craquement des doigts et l'arthrose, une publiée dans leJournal de l'American Board of Family Medicineen 2010 a révélé que, parmi un groupe de 215 participants âgés de 50 à 89 ans, l'arthrite était répandue chez environ 18% des personnes qui se craquaient les doigts et chez 21,5% qui ne le faisaient pas, ce qui rend toute corrélation peu concluante. L'étude la plus divertissante sur le sujet est probablement celle du Dr Donald Unger qui, inspiré par les avertissements de sa mère lorsqu'il était enfant au sujet de l'arthrite en faisant constamment craquer ses jointures, a passé plus de 60 ans à ne casser que les jointures de sa main gauche au moins deux fois. par jour (dans ce cas, la main droite lui servait de contrôle). Sa découverte, publiée en 1998 dans une revue intituléeArthrite et rhumatisme, a constaté qu'il n'y avait aucun signe discernable d'arthrite dans sa main gauche par opposition à sa main droite.

Alors n'écoutez pas ce que maman dit, tout le monde, n'hésitez pas à craquer !