Article

Philip Pritchard, le gardien de la coupe Stanley

Lorsque la plupart des gens se rendent à l'aéroport, ils s'assurent d'avoir deux heures pour passer le contrôle de sécurité et se rendre à la porte d'embarquement. Mais lorsque Philip Pritchard doit prendre l'avion quelque part, il s'assure d'arriver à l'aéroport encore plus tôt que cela, car tout le monde veut une photo avec sa cargaison très spéciale.


Pritchard est l'un des gardiens de la coupe Stanley (il a le compte Twitter pour le prouver), voyageant avec lui pour les apparences et, l'été, chez les joueurs de hockey dont l'équipe a remporté le premier prix du sport. 'Craig Campbell [et moi] promenons la Coupe sur le tapis rouge le soir de sa présentation', a déclaré Pritchard. « Pendant l'été, moi-même, Mike Bolt, Howie Borrow et Walter Neubrand voyageons avec la Cup à travers le monde.

Lorsqu'il n'écume pas la coupe, Pritchard est vice-président et conservateur du Temple de la renommée du hockey à Toronto. Nous l'avons appelé à son bureau pour savoir ce que c'est que d'être le gardien de la coupe.

Comment est née la tradition de la Coupe ?

Lord Stanley de Preston a fait don de la Dominion Hockey Challenge Cup au hockey amateur au Canada en 1892; les premiers vainqueurs datent de 1893. La tradition de la coupe de joueur à joueur a évolué au fil des années et, en 1995, les Devils du New Jersey ont été la première équipe à permettre à chaque joueur de l'équipe de remporter la coupe à la maison. pour une journée.


Upper Deck a publié une série limitée de cartes des gars qui sont considérés comme les gardiens de la coupe.

Où est la Coupe quand elle ne voyage pas ?



Il est exposé au musée [Hockey Hall of Fame]. C'est probablement moins [souvent au musée] parce qu'en plus de l'été, quand les gars l'obtiennent, la Ligue nationale de hockey et le Temple de la renommée font beaucoup de promotions et de travaux caritatifs pour différents organismes de bienfaisance et font la promotion du hockey et des sports mineurs à travers Le Canada et l'Amérique du Nord—c'est donc beaucoup sur la route.

[Quand la Coupe est sur la route,] nous avons un doublé qui est exposé. Le personnel dira qu'il s'agit d'un doublon ; le vrai est à LA aujourd'hui ou partout où nous nous trouvons. Nous n'avions pas de double jusqu'en 1993. Probablement les 100 premières années de la Coupe Stanley, il n'y en avait qu'un. Le vrai est celui qui voyage tout le temps. Quand vous le voyez sur la route, c'est la vraie coupe Stanley.

Comment décidez-vous où la Coupe apparaîtra ? Est-ce que n'importe qui peut le réserver ?

Le Temple de la renommée du hockey travaille en étroite collaboration avec la LNH sur les apparitions. Nous recevons plus de 1 000 demandes par an d'équipes, de ligues, d'organisations caritatives… dans la mesure du possible, nous essayons d'aider lorsque nous le pouvons, en particulier pour la promotion du jeu et la collecte de fonds pour les œuvres caritatives. N'importe qui peut faire une demande, à l'exception des sociétés ou des entreprises qui ne sont pas partenaires.

Comment voyagez-vous avec ?

[Avant le 11 septembre], nous avions l'occasion de continuer. Je préfère que la compagnie aérienne nous le prenne et le mette dans un endroit spécial sous l'avion - c'est ce qu'on appelle des services spéciaux, et les violons et les vélos y vont aussi. Mais en Europe, les compagnies aériennes nous laisseront continuer. Il a son propre siège, mais le problème est que les agents de bord ne sont pas très heureux parce que les gens continuent de se lever pour prendre des photos avec. C'est beaucoup mieux pour l'avion [équipage] s'il passe en dessous. Lorsque nous l'enregistrons, ils savent que nous arrivons. Nous l'avons déjà arrangé avec la compagnie aérienne et la sécurité à l'aéroport. Une personne de la compagnie aérienne se consacre à le prendre et à le mettre dans l'avion, puis à nous rencontrer et à dire que c'est dans l'avion, lorsque vous descendez, venez aux services spéciaux, ou ce type vous rencontrera.

C'est une section de bagages VIP, donc nous y sommes très bien traités. Nous y arrivons toujours une demi-heure plus tôt que prévu car tout le monde veut des photos.

combien pèse un orignal

Je ne peux même pas imaginer passer la sécurité avec.

[La TSA] le scanne, évidemment, mais une fois que vous l'ouvrez, la personne est soudainement passée d'un agent de sécurité de la TSA à un fan de hockey qui veut en prendre une photo. C'est génial, ça fait la promotion du jeu et tout, mais à la fin, pour moi, c'est le plus grand trophée de tous les sports et être là une demi-heure plus tôt, pour faire la journée d'un gars, c'est plutôt cool.

Comment emballez-vous la coupe pour voyager? Avez-vous un cas particulier pour cela ?

Oui, nous le faisons. Nous avons un cas particulier qui ressemble beaucoup au cas d'un musicien. Tout est ajusté. Si vous ouvrez le boîtier et que la coupe n'y est pas, cela ressemble en fait à la coupe Stanley à l'intérieur. Tout est ainsi sécurisé. Et puis on peut aller voir les compagnies aériennes, la police, la sécurité, et c'est toujours entre de bonnes mains.

Les gardiens de la coupe Walt Neubrand, Howie Borrow, Phil Pritchard et Mike Bolt.

Quelle est l'histoire de voyage la plus folle que vous ayez eue ?

Volant une fois de Paris à Stockholm, [la compagnie aérienne] ne l'a pas autorisé à voyager en raison de sa taille. Il a fallu beaucoup de discussions avec les managers, puis nous avons sorti la coupe de l'étui et l'avons placée sur la table, et deux personnes du Minnesota, des touristes, sont passées par là et ont commencé à paniquer et à prendre des photos. Ensuite, je pense que la compagnie aérienne a réalisé l'importance de cela. La France n'est traditionnellement pas un pays de hockey, mais un joueur d'une équipe qui a remporté la Coupe était français.

Les joueurs obtiennent-ils la coupe avant ou après que leurs noms y soient gravés ?

Ils l'obtiennent avant, en fait. Cela prend environ 10 jours. Ce que nous faisons, c'est que nous essayons, lorsqu'ils retournent au camp d'entraînement, de faire graver la Coupe afin qu'elle revienne en ville pour la semaine de célébration de leur match d'ouverture à domicile, leurs noms y figurent. Et c'est une fête spéciale en soi, quand ils voient leurs noms dessus pour la première fois.

Pouvez-vous m'expliquer un peu comment fonctionne le processus lorsqu'il s'adresse aux joueurs ? Êtes-vous vraiment là avec eux et la Coupe à tout moment ?

Lorsqu'une équipe remporte la Coupe, elle dispose de 100 jours, à partir du moment où elle gagne jusqu'à son match d'ouverture à domicile, qui est parfois en octobre. Pendant ces 100 jours, les joueurs, l'entraîneur et le personnel, les propriétaires, les éclaireurs, ils ont tous cette opportunité avec ça. Nous travaillons en étroite collaboration avec l'équipe et la LNH pour établir un calendrier qui se fait essentiellement géographiquement à travers le monde. En regardant les formations des Rangers et des Kings, les deux équipes ont des gars au Canada et aux États-Unis. Les Rangers ont des Tchèques, en Norvège. Les rois ont des Russes, des Slaves. Celui qui gagne cette année, ce sera un tour du monde. Et quelqu'un est avec tout le temps.

On dirait que ce serait tellement gênant de se présenter chez un étranger et de devoir y passer toute la journée. Comment ça se passe pour toi ?

Les 20 premières minutes sont un peu maladroites sur le plan social. Nous nous présentons et tout le monde est tellement excité et ils obtiennent leurs photos et ils ont des membres de leur famille là-bas et puis tout d'un coup c'est 'Oh ouais, Phil est là.' Une fois que cela se produit, ils vous donnent l'impression d'être en famille pour la journée. C'est incroyable. Toute l'équipe [de hockey] est une famille, mais ensuite vous allez dans leurs vraies familles, et vous faites partie de cette famille pour la journée. Ensuite, vous passez à la famille suivante. Etc.

que mettre sur un sandwich au beurre de cacahuète

Est-ce qu'ils vous parlent de l'histoire de la Coupe, ou apprécient-ils simplement leur temps avec elle ?

C'est les deux. Évidemment, ils aiment passer du temps avec ça, et les joueurs vous remercient. Après un certain temps, ils veulent commencer à connaître l'histoire. Je me souviens quand les Kings de [Los Angeles] ont gagné, nous terminions la journée de Dustin Brown, et il a dit : « Si jamais j'ai l'opportunité de gagner à nouveau, je veux avoir tous les gardiens de la coupe chez moi et nous aurons un grand feu de joie et nous échangerons simplement des histoires de hockey. C'est tout ce que je veux faire.

Tous les gars, ils ont tellement de respect pour ce qu'est la Coupe et ce qu'elle représente, et quand ils reviennent dans leur petite ville, où que ce soit—Canada, États-Unis, Slovénie, Russie, où que ce soit—ils comprennent que ils font partie d'une équipe gagnante de la coupe Stanley. Ils font partie de la Ligue nationale de hockey et ils ont un grand honneur et un grand privilège de ramener la coupe à la maison pour remercier toutes les personnes qui les ont aidés tout au long de leur parcours.

Je pense qu'ils comprendraient autant que n'importe qui qu'une équipe est plus que qui est sur la glace. C'est leurs mamans et papas et sœurs et grands-parents et leur magasin préféré en ville. À leur journée, nous les voyons tous. « Oh, nous devons y aller. C'est là que je mangeais de la pizza. Ce mec est génial ! C'est une montagne russe émotionnelle pour la journée. Malheureusement, dans certains cas, lorsque certaines personnes le ramènent à la maison, leurs proches sont décédés et ils se rendent dans un cimetière et s'y asseyent. C'est très puissant, très émouvant pour eux. Ils ont atteint leur objectif le plus élevé, mais ils ont perdu quelqu'un en cours de route.

Quelle est la chose la plus étrange que vous ayez vue faire avec la Coupe ?

Nous avons eu des baptêmes hors de la Coupe. C'est de l'alpinisme, de la pêche en canoë, des soirées sauna, des spécialités culinaires en ont été mangées. En disant tout cela, quand je décompose chacun et explique qui c'était et pourquoi, tout a à voir avec le gars et sa culture et son éducation.

Les saunas sont énormes en Finlande, donc chaque fois qu'un Finlandais gagne, il termine sa journée dans un sauna. Cela fait simplement partie de leur culture. Donc Teemu Selänne [des Anaheim Ducks], quand il a fini sa journée, nous étions dans un sauna avec tous ses copains. Et pour les Finlandais, c'est la meilleure chose de tous les temps. Lorsque vous êtes dans la région de la Colombie-Britannique, les montagnes Rocheuses font partie intégrante de leur monde. Ils ont grandi dans les Rocheuses, alors ils veulent faire la fête avec les Rocheuses. [Scott] Niedermayer a loué un hélicoptère et l'a emmené au sommet des montagnes Rocheuses. Tomáš Kopecký, sa famille est profondément ancrée dans la culture slovaque et ils ont cette soupe spéciale qui vient de leur région - cela se traduit par une soupe 'à l'intérieur d'un estomac de vache'. Il a mangé la soupe dans [le bol de la Coupe]. Il a déclaré: 'Cela a été une grande partie de mon éducation et cela fait partie de ce que je veux faire.'

Donc toutes ces choses, ça sonne bizarre, mais quand vous l'expliquez ou qu'ils vous l'expliquent, c'est très satisfaisant pour eux - c'est très respectueux de leur éducation, de leur culture et de leurs traditions.

Pritchard (au centre) avec le gardien des Bruins de Boston Tuukka Rask (en bas) en Finlande.

Je suis étonné que quelque chose comme manger de la soupe dans la coupe soit autorisé.

C'est, et je reviens à ce mot respect. [Les joueurs] ne feraient jamais rien qui puisse l'endommager. Donc, quand ils en mangent la soupe, c'est un peu comme dans un récipient Tupperware™, à l'intérieur du bol, donc ils ne touchent pas réellement la tasse avec leur fourchette ou ne la grattent pas ou quoi que ce soit. Ils savent qu'ils font désormais partie de cette fraternité d'un vainqueur de la Coupe Stanley. Ils sont tellement fiers et ils ne feront rien pour endommager non seulement la Coupe, mais leur nom ou l'équipe ou la ligue ou le jeu de hockey lui-même. Chaque jour, nous le nettoyons avant de partir sur la route pour qu'il soit impeccable lorsque nous sommes prêts à partir.

Y a-t-il quelque chose qu'un joueur a voulu faire avec la Coupe et auquel vous avez dû opposer son veto ?

La plupart des joueurs sont tous respectueux de ce que c'est et de ce qu'il représente. Cependant, leurs copains le voient différemment, et c'est à ce moment-là que nous devons intervenir.

J'ai lu que la Coupe a un couvre-feu à minuit. Est-ce vrai?

Dans le monde d'aujourd'hui des médias sociaux - YouTube et Tumblr et Vine et tout ça - c'est probablement le plus sûr pour les joueurs, et la Coupe elle-même, que nous soyons en quelque sorte hors de la vue du public et prêts pour le nouveau jour [à ce stade ]. C'est en fait une bénédiction déguisée pour les gars parce que, même s'ils aiment ça quand nous nous présentons le matin à 8 h ou 8 h 30, ils sont tellement ravis toute la journée, ils sont le point focal. Toute la communauté les regarde. Ils pratiquent un sport d'équipe et ils sont habitués à travailler en équipe. Ainsi, à minuit, lorsque nous faisons nos adieux, ils sont épuisés physiquement et mentalement. Ils adorent voir la Coupe et adorer passer du temps avec elle, mais à la fin de la journée, ils sont en quelque sorte reconnaissants d'avoir à nouveau passé du temps seuls.

Vous avez mentionné que vous nettoyiez la tasse tous les jours. Comment le nettoyer?

Pendant la saison, et pendant l'été parce que nous sommes au jour le jour, nous utilisons généralement un shampooing doux et de l'eau tiède pour enlever les empreintes digitales. Nous utilisons le shampoing d'hôtel pas cher car il s'agit principalement d'eau et de détergents. Mais c'est super pour la Coupe car cela enlève les empreintes digitales. Nous ne pouvions pas utiliser de nettoyant pour argent tous les jours. Cela enlèverait probablement la gravure dessus. Deux fois par an, cela se fait de manière professionnelle, mais lorsque nous sommes sur la route, c'est essentiellement du shampoing d'hôtel et de l'eau tiède et un chiffon doux.

Portez-vous des gants blancs juste pour ne pas avoir d'empreintes digitales sur la coupe ? Et puis quand tu n'es pas en public, tu peux peut-être le manipuler sans les gants ?

C'est drôle, d'une certaine manière, parce que nous travaillons ici dans un musée. Dans une galerie d'art ou un musée du rock, ils portent tous des gants blancs parce qu'en gros, vous ne voulez pas mettre les huiles sur le bout des doigts sur les artefacts. Nous avons commencé à porter des gants blancs il y a environ 20 ans maintenant, un peu par respect, et c'est juste devenu une affaire de statut. Fondamentalement, tout le personnel de conservation dans n'importe quel musée porte des gants blancs.

Nous en avons des centaines de paires ici au musée. Mais les gens paniquent quand ils voient le gars mettre des gants blancs. C'est très bizarre parce que les gens veulent prendre des photos avec la Coupe et ils veulent que nous ayons les gants blancs.

Craig Cambell (à gauche) et Pritchard avec la Coupe.

Combien de paires de gants avez-vous ?

Vous devriez demander à ma femme sur celui-ci parce que j'ai gardé chaque paire à la maison. Je ne sais pas pourquoi j'ai commencé - peut-être parce que je travaille dans un musée et que vous collectionnez en quelque sorte des choses - mais maintenant je ne peux plus m'arrêter. Je n'ai pas de place pour mes chaussettes. Chaque fois que nous sommes sur la route, j'ai au moins une demi-douzaine de paires avec moi.

Sont-ils faits de quelque chose de spécial ?

Ce ne sont que des gants d'archives en coton. Mais les gens veulent me les acheter. C'est fou.

Ils ont touché la Coupe ! Je comprends tout à fait. Des incidents liés à la Coupe se sont-ils produits sur votre montre ?

Je suppose que quand toi et moi aurons 121 ans, nous aurons des bosses et des bosses sur nous. La même chose arrive à la coupe Stanley—malheureusement, il arrive parfois des choses.

Comment sécurise-t-on la Coupe lors des apparitions publiques ?

Nous sommes généralement à moins de 10 à 15 pieds de la coupe en tout temps. Lorsqu'il est exposé, nous avons une sécurité supplémentaire et des stations pour le contrôle des foules.

Vous passez évidemment beaucoup de temps avec la Coupe, et je suis sûr que vous passez beaucoup de temps à la regarder. Avez-vous un fait préféré à propos de la Coupe ou un détail préféré à ce sujet ?

Les gens viennent et disent 'Où est-ce que cette chose dit' Stanley Cup? '' Ce n'est pas le cas, parce que ce n'est pas son nom. C'est le Dominion Hockey Challenge Bowl. Il a été offert par Lord Stanley de Preston, il vient donc de devenir la Coupe Stanley. C'est un surnom.

Le bol lui-même contient 14 bouteilles de bière de 12 onces. Les joueurs disent « Puis-je en boire ? » Je dis bien sûr. « Eh bien, je vais y verser des bières. » « Eh bien, vous en avez besoin de 14 ». Et ils vont en boire et ça sort comme les chutes du Niagara.

La chose la plus étonnante de toutes, c'est quand les gars le gagnent et qu'ils le remplissent de champagne, et quand le premier gars en boit, et qu'il arrive au fond du bol et qu'il voit les noms à l'intérieur du bol —Je pense que c'est à ce moment-là que la réalité s'installe pour le gars—cette « Merde. Mon nom y est inscrit et voici déjà un gars de 1907 là-bas. C'est ce qui met vraiment tout en réalité et en perspective pour ces gars quand ils voient les noms des Wanderers de Montréal à l'intérieur du bol.

Où trouver la #stanleycup ? Heureusement, la neige est presque partie.@KellyHockeyHall @HockeyHallFame @NHL pic.twitter.com/Mkz4mx7iPP

– Philip Pritchard (@keeperofthecup) 28 avril 2014

Avez-vous une chose préférée que vous avez faite avec la Coupe ?

Je pense que c'est génial quand les vainqueurs la rapportent à leurs anciens entraîneurs et professeurs et frappent à leur porte avec la Coupe et disent : « Salut, tu te souviens de moi ? Je voudrais vous remercier pour votre aide et obtenir une photo s'il vous plaît. C'est si spécial et cela signifie tellement.

Il n'y a pas d'autre trophée comme la Coupe Stanley, point final, et surtout en ce que chaque membre de l'équipe passe une journée avec cet objet très spécial qui a son propre chaperon. Avez-vous déjà entendu d'autres officiels de la NFL ou de la NBA dire : « C'est fou, vous êtes fous » ?

Tout d'abord, [les autres ligues sportives] fabriquent un nouveau trophée chaque année. Les Pittsburgh Steelers remportent le Super Bowl, et l'année prochaine, Tiffany's prépare un nouveau Super Bowl [trophée] qu'une nouvelle équipe remporte. C'est donc une tradition totalement différente de celle du hockey. Cependant, lorsque certains joueurs de la NBA et de la NFL ont vu la Coupe, ils ont littéralement paniqué. « Regardez notre [trophée] du Super Bowl, vous ne pouvez même pas en boire. C'est juste là ! C'est juste un ballon de foot.'

Je n'enlève aucun autre sport, [mais] le hockey a perpétué cette grande tradition. Vous l'obtenez pour une journée et c'est tout. Je pense que plus que tout, le hockey a cette atmosphère d'équipe - que ce n'est pas à propos de vous, c'est à propos de l'équipe. Je pense que toute l'équipe comprend, je pense que c'est toute l'histoire là.

requiem pour une date de sortie de rêve
Mike Bolt (à gauche) et Pritchard avec la Coupe.

Quel est le plus grand défi d'être gardien de la Coupe ?

Nous souhaitons tous l'avoir gagné, mais cela n'a pas fonctionné. Je suppose que c'est la meilleure chose à côté. En disant qu'à la fin d'une fête de la Coupe Stanley, le gagnant se couche pendant que nous allons à la prochaine fête, donc le sommeil et la gestion du temps sont très importants. Cependant, le plus important est de s'assurer que le vainqueur profite de son temps avec la Coupe.

Toutes les images sont une gracieuseté du Temple de la renommée du hockey.