Article

Calottes : celles du pape contre celles d'un rabbin - Quelle est la différence ?

Les cardinaux portent des rouges. Le pape en porte un blanc. Les rabbins en portent souvent des noirs.Quelle est la différence?

Eh bien, dans ce cas, la forme ne suit pas la fonction. Commençons par les rabbins. Les leurs s'appellentPot de poulet(prononcé keypoat), qui est le mot hébreu pour calotte. Le singulier estkippa(clavier). Vous les avez peut-être aussi entendus appelerkippa(prononcé yamakas), qui est un mot yiddish tiré du mot polonais pour calotte. La raison pour laquelle les rabbins et de nombreux Juifs pratiquants les portent est parce que le livre religieux, le Talmud, leur ordonne de : « Couvrez-vous la tête afin que la crainte du ciel soit sur vous.

Donc, fondamentalement, c'est une façon de montrer du respect pour Dieu.

Les cardinaux et les papes, en revanche, portentcourgettes, qui est l'italien pour une petite gourde. (Cela peut être dû au fait que les panneaux cousus ensemble pour que la calotte ressemble au dôme d'une citrouille ou d'une gourde.) La tradition de porter la calotte est très différente de la tradition rabbinique. Le clergé catholique les portait à l'origine pour résoudre deux problèmes : leurs coupes de cheveux courtes et le problème de ne pas avoir de capuchon sur leurs chapes. Les monastères insistaient sur le fait que les hommes rasaient le sommet de la tête, sur la base de l'écriture de Paul : « La nature elle-même ne vous enseigne-t-elle pas que si un homme porte les cheveux longs, cela le dégrade ?(1 Corinthiens 11 :14) En fait, à ce jour, lorsque les orthodoxes parlent du jour où un prêtre a été ordonné ou un moine est entré dans un monastère, ils se réfèrent à la date à laquelle il a ététonsuré,qui est le mot sophistiqué pour buzzé.

Combinez cela avec le fait que les capots avec capuches sont passés de mode au 13ème siècle, et vous commencez à voir d'où vient la tradition. Oui, ils avaient froid en hiver ! (Et avec le manque de chauffage moderne et autres dans nos cathédrales.) Bien sûr, aujourd'hui, ils n'en ont pas besoin pour rester au chaud, mais la tradition perdure.

Et il existe d'autres religions et d'autres traditions similaires consistant à se couvrir la tête. Les zoroastriens portentsujet; Les hommes druzes enfilent parfois untremperet les bouddhistes portent souvent unbao-tzu.