Article

L'incident de Bauman : quand Theodore Roosevelt aurait pu écrire sur Bigfoot


Trini Radio a un nouveau podcast avec iHeartRadio appeléHistoire vs., sur la façon dont vos personnages historiques préférés ont affronté leurs plus grands ennemis. Notre première saison est entièrement consacrée au président Theodore Roosevelt. Abonnez-vous aux podcasts Apple ici, et pour plus de contenu TR, visitez History Vs. placer.

'Le plus beau terrain de chasse d'Amérique était, et est en effet, la région montagneuse de l'ouest du Montana et du nord-ouest du Wyoming', a écrit Theodore Roosevelt dansLe chasseur sauvage, un mémoire de 1893 de ses aventures à la frontière. Là, Roosevelt a rencontré des forêts épaisses, des pics imposants et de vastes plaines veinées de ruisseaux et de ruisseaux. Il a poursuivi la mégafaune du continent, du cerf de Virginie et du castor au bison, à l'orignal et à «l'ours gris», tout en se délectant de l'air frais et des histoires animées de ses collègues amateurs de plein air.

La forêt avait aussi des secrets. Lors d'une de ses expéditions de chasse dans ce paysage primitif, Roosevelt a entendu une anecdote qui se démarquait des récits habituels sur le sentier. Roosevelt avait étudié la flore et la faune de l'Occident, mais n'avait jamais entendu parler d'une créature aussi étrange que celle au centre de ce fil. 'Cela a été raconté par un vieux chasseur de montagne terne et battu par les intempéries, nommé Bauman, qui est né et a passé toute sa vie à la frontière', a relaté Roosevelt dans ses mémoires. « Il a dû croire ce qu'il a dit, car il pouvait à peine réprimer un frisson à certains moments de l'histoire. »

Lorsque Bauman était encore un jeune homme, se souvient Roosevelt, lui et un ami ont entrepris de piéger le castor dans une vallée fluviale accidentée dans ce qui était alors le territoire du Montana. Ils remontèrent un col de montagne où, l'année précédente, un trappeur solitaire avait été tué par une bête non identifiée, « les restes à moitié mangés étant ensuite retrouvés par des prospecteurs miniers qui n'avaient dépassé son camp que la nuit précédente ».

Ils laissèrent leurs chevaux au pied du col et montèrent jusqu'à une petite clairière, où ils campèrent. Alors qu'il leur restait quelques heures de jour, ils allèrent poser leurs pièges à castors dans le ruisseau, et retournèrent au camp juste au moment où le soleil plongeait derrière l'écran de pins. Avec un choc, ils trouvèrent leur appentis aplati et le contenu de leurs sacs éparpillés parmi les empreintes de pas d'ours dans la terre.

Le compagnon de Bauman a fabriqué une torche à partir du feu de camp et a scruté les pistes. « Bauman, dit-il, cet ours marche sur deux pattes. »

Bauman se moqua de cette idée, et les deux trappeurs s'endormirent bientôt dans leur campement réparé. Mais Bauman a été réveillé dans la nuit par une puanteur fétide et l'ombre passagère d'un « grand corps » à l'entrée de leur abri. Il a tiré avec son fusil et la bête s'est retirée dans la forêt.



lire à haute voix vs lire en silence

Le lendemain, après de longues heures passées au bord des ruisseaux à vérifier leurs pièges, les deux chasseurs retournèrent au camp et trouvèrent leur appentis détruit une fois de plus. Les mêmes grandes empreintes de pas s'éloignaient du camp, vers un ruisseau, où elles apparaissaient « aussi simples que sur la neige ». Bauman devait admettre que, quelle que soit la créature, elle s'était échappée sur deux pattes.

Ils dormirent à peine cette nuit-là, car des bruits de brindilles claquant dans la pénombre alertèrent les hommes de la présence de l'animal. Alors que leur feu flambait, les trappeurs l'ont senti attendre et ont entendu son cri lamentable résonner à travers les bois.

Bauman et son ami ont décidé que le lendemain matin serait leur dernier dans cette vallée effrayante. Ensemble, ils rassemblèrent leurs pièges vides dans le ruisseau divisant les bosquets de pins, en proie au sentiment d'être suivis. Pourtant, le soleil brillait vivement dans la clairière alors qu'ils faisaient leurs valises, et les craintes de la nuit précédente commençaient à sembler idiotes. Bauman s'est porté volontaire pour récupérer les trois derniers pièges d'une rivière voisine, ce qui a finalement pris quelques heures.

Il revient sur une scène d'horreur. Le corps encore chaud de son ami était appuyé contre un arbre avec quatre horribles marques de crocs perçant son cou cassé. Des empreintes de pas révélatrices entouraient la malheureuse victime. La bête n'avait pas dévoré la chair, mais simplement « la gambader et gambader autour d'elle avec une joie grossière et féroce ». Le chasseur était devenu le chassé.

Ni Bauman ni Roosevelt n'ont jamais identifié le coupable comme un sasquatch, ou Bigfoot, mais sa position bipède, son odeur hideuse et ses cris prolongés dans les bois du nord concordent avec les descriptions des histoires autochtones (bien que les sasquatches ne soient pas des meurtriers sanguinaires dans les légendes). De même, l'identité de Bauman est un mystère. Il s'agit peut-être de Carl L. Bauman, qui, selon la Montana Historical Society, est né en Allemagne en 1831, a déménagé vers l'ouest dans les années 1860 et est décédé le 20 mars 1909 près de Melrose, dans le Montana. Au-delà de ce bref indice dans le journal de la Montana Historical Society, Bauman reste aussi énigmatique que l'histoire qu'il a partagée avec Theodore Roosevelt.