Article

The Dark Side: Une histoire orale du spécial vacances de Star Wars

Eté 1978 : Plus d'un an après ses débuts,Guerres des étoilesce n'était pas en battant des records au box-office. De retour dans les salles pour un engagement de retour en juillet, il a rapporté 10 millions de dollars en seulement trois jours. George Lucas avait soudé une structure mythologique, des effets spéciaux pionniers et une conception de production spectaculaire pour créer un phénomène cinématographique qui redéfinissait la façon dont les studios sélectionnaient et commercialisaient des spectacles à gros budget. Les films ne seraient plus jamais les mêmes.

La télévision non plus. Ce même mois, le tournage a commencé leLe spécial vacances de Star Wars, une émission de variétés musicales de 97 minutes mettant en vedette Bea Arthur faisant la sérénade d'un rat géant et le père de Chewbacca, Itchy, séduit par une image en réalité virtuelle de Diahann Carroll. À l'origine, le spectacle était destiné à maintenir la propriété viable et les marchandises sous licence en dehors des étagères jusqu'à l'inévitable suite. Mais avec la concentration de Lucas surL'empire contre-attaqueet producteurs rétrécissant sa galaxie pour un budget télé, leSpécial vacancessouffert. Les téléspectateurs aussi.

Radio Trinis'est entretenu avec de nombreux membres principaux de l'équipe de production pour savoir exactement comment les intentions initiales de Lucas – un regard sentimental sur la famille de Chewbacca lors d'une célébration de vacances galactiques – se sont tournées vers le côté obscur.

I. UN NOL TRÈS WOOKIEE

Thomas Searle via YouTube

Selon Charles Lippincott, ancien directeur marketing de Lucasfilm, CBS a approchéGuerres des étoilesdistributeur 20eCentury Fox en 1978 pour proposer un spécial télévisé. Fox avait vu une augmentation des retours au box-office après que plusieurs extraterrestres de la scène Cantina soient apparus dans l'émission de variétés de Donny et Marie Osmond; CBS a pensé que le succès du film se traduirait par un gain d'audience; Lucasfilm et Lippincott bien que ce serait un bon véhicule pour pousser des jouets.

Toutes les parties étant motivées pour aller de l'avant, deux scénaristes, Leonard 'Lenny' Ripps et Pat Proft, ont été amenés à écrire un scénario basé sur une histoire originale de Lucas.



Leonard Ripps (co-scénariste) :Pat et moi avons passé toute la journée avec Lucas. Il a sorti un bloc-notes et a demandé combien de minutes il y avait dans une émission télévisée. Il a écrit des nombres de un à 90. Il était très méthodique à ce sujet. Il avait au moins une douzaine d'histoires qu'il avait déjà écrites, alors nous aidions simplement à remplir un monde dont il savait tout. Son idée était essentiellement pour un Wookiee Rosh Hashanah. Un jour de la Terre à fourrure.

Pat Proft (co-scénariste) :Les Wookies y ont joué un grand rôle. Les Stormtroopers les harcelaient. Je n'ai pas le script. C'est sûr que [l'enfer] n'était pas ce qu'il a fini par être.

Déchirures :Pat et moi avions écrit pour les mimes Shields et Yarnell, c'est pourquoi nous avons été recrutés. Nous avions écrit beaucoup de choses non verbales. Le défi était de savoir comment faire passer les choses. Les wookies ne s'expriment pas. Même dans les films muets, vous aviez des sous-titres. Quoi que nous ayons écrit, ce n'était pas ironique.

Thomas Searle via YouTube

Proft et Ripps ont livré leur script plusieurs semaines après la réunion. Il s'est concentré sur une fête galactique célébrée par toutes les espèces, avec la planète Wookiee de Kashyyyk sélectionnée pour accueillir les festivités cette année-là. La famille de Chewbacca - le père Itchy, l'épouse Malla et le fils Lumpy - ont été présentés, les scénaristes laissant des espaces aux producteurs exécutifs Dwight Hemion et Gary Smith.pour insérer des stars invitées et des actes musicaux. Pour ce dernier, Hemion et Smith se sont tournés vers les producteurs Ken et Mitzie Welch pour arranger des chansons originales et recruter des talents.

Elle Puritz (Assistante du Producteur) :Je travaillais pour les Gallois à l'époque. Je me souviens avoir entendu : « OK, nous allons faire unGuerres des étoilesspécial vacances », et tout le monde en rit. Je pensais que c'était une idée terrible.

Miki Herman (Consultante Lucasfilm) :Lippincott a demandé que je participe à la spéciale. J'ai fait beaucoup de projets annexes. Je connaissais tous les accessoires, tous les acteurs. J'ai engagé Stan Winston pour créer la famille Wookiee. [Artiste des effets sonores] Ben Burtt et moi étions là pour apporter de l'authenticité, pour s'assurer que tout était maintenu dans son contexte.

George Lucas (viaEmpire, 2009):Fox a déclaré: 'Vous pouvez promouvoir le film en faisant le spécial télévisé.' Alors j'ai en quelque sorte été convaincu de faire la spéciale.

Ripps: Lucas nous a dit que Han Solo était marié à un Wookiee mais que nous ne pouvions pas le mentionner car ce serait controversé.

Hermann :Je me souviens que Gary Smith avait dit qu'ils voulaient que Mikhail Baryshnikov et Ann-Margret participent, des gens de haut calibre qui étaient populaires.

Puritz :Ken et Mitzie ont appelé Bea Arthur. Ils ont écrit une chanson en pensant à elle.

Thomas Searle via YouTube

Déchirures :Il ne nous est jamais venu à l'idée d'avoir Bea Arthur. Nous n'avons passé qu'une seule journée avec Lucas, puis nous avons été mis en contact avec [le réalisateur] David Acomba. Notre idée était qu'Acomba était vraiment le gars de Lucas, alors il a parlé pour Lucas.

Acomba était un cinéaste canadien qui était allé par coïncidence à l'Université de Californie du Sud à peu près au même moment que Lucas, bien que les deux ne se soient jamais croisés à l'époque. Lippincott le connaissait cependant et l'a engagé pour diriger le spécial conformément à l'esprit de Lucas de trouver des talents en dehors du système hollywoodien.

Larry Heider (opérateur de la caméra) :David est sorti d'un monde rock'n'roll, un monde documentaire. Smith et Hemion avaient trois projets différents en cours en même temps, donc je pense qu'ils pensaient qu'ils n'auraient pas le temps de réaliser une seule chose.

Puritz :David n'avait pas l'habitude de filmer la télévision. En utilisant cinq caméras, tout filme en même temps. Il était très indigné de son propre manque de connaissances, et il ne s'entendait pas avec les Gallois.

Déchirures :J'ai eu l'impression que ce n'était pas ce qu'il voulait et que c'était devenu quelque chose qu'il ne voulait pas faire. Je ne veux pas dire qu'il était dépassé, mais cela aurait été écrasant pour n'importe qui.

II. LE FORCER

combien y a-t-il de journées nationales du beignet

Thomas Searle via YouTube

Avec un budget d'environ 1 million de dollars - le film de 1977 a coûté 11 millions de dollars -Le spécial vacances de Star Warsa commencé à tourner à Burbank, en Californie, à l'été 1978 avec un scénario qui avait été fortement révisé par les vétérans des émissions de variétés Bruce Vilanch, Rod Warren et Mitzie Welch pour refléter le style Smith-Hemion de numéros musicaux grandiloquents et kitsch. Chewbacca essayait maintenant de rentrer chez lui à temps pour le «Jour de la vie», avec sa famille regardant des interludes musicaux interstellaires et des sketches comiques – comme une parodie de Julia Child à quatre bras – sur un écran vidéo.

Déchirures :Lucas voulait une émission sur les vacances. Vilanch et tout le monde, c'étaient des écrivains merveilleux, mais c'étaient des écrivains de Carol Burnett. Dans la litanie de l'œuvre de George, il n'y a jamais eu de kitsch.Guerres des étoilesa toujours été très sincère à proposGuerres des étoiles.

Hermann :Personnellement, je n'étais pas fan d'Harvey Korman, de Bea Arthur ou d'Art Carney. Ce n'était pas ma génération. Mais ils avaient des relations avec Dwight Hemion et les Gallois.

Heider :Bea Arthur était connue pour être un peu froide et exigeante. Lorsqu'on lui a demandé de faire quelque chose une deuxième fois, elle voulait que quelqu'un lui explique ce qui n'allait pas. Lorsque le script n'avait pas de sens pour qu'elle dise quelque chose, elle a eu du mal à traduire tout cela. Elle était à peu près [son personnage de télévision] Maude.

Journal des étoiles

Bea Arthur [viaLe mercure de Portland, 2005] :Je ne savais pas du tout de quoi il s'agissait. Le compositeur de la chanson que j'ai chantée m'a demandé d'y participer : 'Bonne nuit, mais pas au revoir'. C'était un moment merveilleux, mais je n'avais aucune idée que cela faisait même partie de l'ensembleGuerres des étoileschose… Je me souviens juste d'avoir chanté devant un groupe de personnes avec des têtes drôles.

Après le tournage de la scène Cantina, il est devenu évident qu'Acomba était mal adapté aux contraintes d'un horaire de télévision.

Heider :David était habitué à une seule caméra : courir et flinguer, continuer à avancer, un vrai rythme rock'n'roll. Ce spectacle était tout sauf. Il y avait des décors énormes, du maquillage, des costumes. C'était au rythme lent, et ça l'a atteint.

Déchirures :Je ne suis pas descendu pour le tournage, mais Pat est descendu. Il a une histoire.

Bénéfice :J'ai emmené mon enfant pour la scène de la Cantina. Tous les personnages du bar étaient là. Cependant, ils ont oublié [de pomper] de l'oxygène dans les masques. Les personnages s'évanouissaient à gauche et à droite.

Heider :Les personnages se promenaient sur scène avec juste leur chemise pour rester au frais. Nous tournions dans une période très chaude de l'année à Los Angeles, et c'était difficile, surtout avec les Wookiees. Ils ont pris beaucoup plus de pauses qu'ils ne l'avaient prévu.

Déchirures :Je savais à quel point David était frustré. Ce n'était pas sa vision. Il m'a téléphoné et m'a dit: 'Je ne vais plus travailler là-dessus.'

Journal des étoiles

Acomba est parti après avoir tourné seulement quelques scènes. Un Smith frénétique a téléphoné à Steve Binder, un réalisateur avec une vaste expérience de la télévision - il avait supervisé le célèbreSpécial retour d'Elvis 68– et lui a dit qu'il avait besoin de quelqu'un pour se présenter sur le plateau le lundi matin suivant.

Steve Binder (réalisateur) :J'étais entre deux projets et j'ai reçu un appel de Gary disant essentiellement qu'ils avaient complètement fermé à Burbank et qu'il était question de le fermer pour de bon. La première chose que j'ai réalisée, c'est qu'ils avaient construit cette phénoménale maison de Chewbacca sur une immense scène de film, mais c'était un décor à 360 degrés. Il n'y avait pas de quatrième mur à enlever pour amener plusieurs caméras dans la maison. Je pense qu'il serait impossible pour une équipe d'entrer sur le plateau pour filmer quoi que ce soit.

Puritz :Je pense que David faisait partie de ce plan.

Heider: Je me souviens quand c'est arrivé. Je ne pense pas que ce soit l'idée de David. C'était la façon dont les producteurs l'avaient conçu pour rendre ce look vraiment cool, mais cela n'a pas fonctionné. Vous n'avez aucun contrôle d'éclairage. Steve l'a compris. C'est vraiment un pro. Il n'y a pas d'ego.

Liant:Ils m'ont FedExed le script. La première chose que j'ai regardée, c'est que les 10 premières minutes se sont déroulées sans aucun dialogue de la part des acteurs. C'était strictement des sons de Chewbacca. Les effets sonores que les gens utilisaient des sons d'ours pour l'harmonisation. Cela me préoccupait, mais je n'avais pas le temps de commencer à changer le script.

Déchirures :Nous avions des inquiétudes à ce sujet. Mais George a dit : 'C'est l'histoire que je veux raconter.'

Liant:La famille Chewbacca ne pouvait être déguisée que 45 minutes. Ensuite, on leur enlèverait la tête et on leur donnerait de l'oxygène. Cela a tout ralenti. Les combinaisons étaient si physiquement encombrantes et lourdes. L'actrice jouant Lumpy [Patty Maloney], quand elle est arrivée, je ne pense pas qu'elle pesait plus de 80 ou 90 livres et elle a perdu énormément de poids pendant le tournage.

En plus des stars invitées Bea Arthur, Harvey Korman et Art Carney, Lucasfilm a approché la plupart des principaux du long métrage pour des apparitions en camée. Se sentant redevables à Lucas, ils ont accepté de participer à contrecœur.

Puritz :Ils avaient fait ce grand film, et maintenant ils font un spécial TV. Carrie Fisher ne voulait pas être là.

Hermann :Ils n'aimaient pas faire de la télé. À cette époque, les acteurs de cinéma ne faisaient pas de télé. Il y avait une stigmatisation contre cela.

Thomas Searle via YouTube

Heider :Harrison Ford n'était pas du tout content d'être là. Carrie Fisher, je pense qu'une partie de son contrat était qu'elle devait chanter une chanson, et c'était ce qui l'attirait. Parce que Lucas était impliqué, et si un autre film sort dans deux ans, il y a une pression pour continuer. Alors ils sont arrivés, à l'heure. La plupart.

Liant:Mon souvenir avec l'ensemble de la distribution était qu'il y avait un peu de marmonnement avec quelques-uns des acteurs qui pensaient qu'ils auraient dû être mieux rémunérés pour le film. Je pense que Lucas l'a fait après la spéciale, en leur donnant de petits pourcentages.

Heider :Nous faisions une scène où Ford était assis dans le Millennium Falcon et il voulait juste faire ses lignes et il l'a dit très clairement. « Pouvons-nous juste faire ça ? Combien de temps ceci va-t-il prendre?'

Harrison Ford (via une tournée de presse, 2011) :C'était dans mon contrat. Il n'y avait aucun moyen connu de s'en sortir.

Heider :Mark Hamill était un type bien. Il avait juste cette ambiance de gars normal essayant de travailler.

Mark Hamill (via Reddit, 2014):J'ai pensé que c'était une erreur depuis le début. Cela ne ressemblait à rien d'autre dans leGuerres des étoilesunivers. Et j'ai d'abord dit que je ne voulais pas le faire, mais George a dit que cela aiderait à garderGuerres des étoilesdans la conscience et je voulais être un joueur d'équipe, alors je l'ai fait. Et j'ai aussi dit que je ne pensais pas que Luke devrait chanter, alors ils ont coupé ce numéro.

Hermann :J'ai travaillé avec les acteurs sur beaucoup de trucs annexes. Honnêtement, ils étaient tous tellement abrutis.

III. BÂTIMENT BOBA FETT

TheSWHolidaySpecial via YouTube

Avant qu'Acomba ne quitte la production, lui et Lucas ont contacté une société d'animation canadienne, Nelvana, pour préparer un dessin animé de neuf minutes qui présenterait officiellement l'un des personnages deL'empire contre-attaque: Boba Fett. Le chasseur de primes est né d'une conception pour un Stormtrooper inutilisé par les concepteurs de production Joe Johnston et Ralph McQuarrie; il était destiné à faire des apparitions publiques dans l'intervalle entre les films, apparaissant initialement au défilé de la foire du comté de San Anselmoen septembre 1978.

Michael Hirsh (co-fondateur de Nelvana) :David me connaissait personnellement. Lucas a regardé une émission spéciale à nous,Un Noël cosmique, qui venait juste d'être diffusé à l'époque. Il a demandé aux membres de son équipe, dont David, qui nous étions. David a dit : 'Oh, je connais ces types.' Nous n'étions pas une entreprise bien connue à l'époque.

Clive Smith (co-fondateur de Nelvana, directeur d'animation) :Lucas a fourni un script qu'il a écrit. Je pense que j'ai probablement eu environ deux semaines pour scénariser, puis commencer la conception des personnages.

Hirsh :Franchement, je pense que le dessin animé ressemblait davantage à ce que Lucas voulait faire en premier lieu – s'il faisait le spécial, il y avait une possibilité que Fox et CBS financentGuerres des étoilesles dessins animés. L'émission de variétés en elle-même n'était pas quelque chose qui l'intéressait particulièrement.

Forgeron:Nous avons fini par tourner des diapositives de chaque image du storyboard. Il devait y avoir 300 à 400 images. Je les ai chargés, je me suis mis dans un avion et je suis descendu à San Francisco et j'ai fait une présentation avec un projecteur de diapositives. J'étais dans cette pièce de gens qui étaient absolument silencieux. Des choses drôles, pas un gémissement ou un murmure. Mais à la fin, George a applaudi.

Hirsh :CBS voulait qu'il utilise l'un des studios de L.A., comme Hanna-Barbera, qui a réalisé la plupart des dessins animés du samedi matin. Mais Lucas, dès le début de sa carrière, avait un faible pour les sociétés indépendantes, les gens qui n'étaient pas à L.A. Le style d'animation a été calqué sur [l'artiste français] Jean 'Moebius' Geraud, à la demande de Lucas.

TheSWHolidaySpecial via YouTube

Forgeron:De nombreux dessins et personnages ont été inspirés par Moebius, qui a beaucoup travaillé pourHeavy métalmagazine. Nous pensions que c'était une bonne direction à suivre. À l'époque, il n'y avait pas deGuerres des étoilesanimation à suivre.

Hirsh :L'introduction de Boba Fett a fait couler beaucoup d'encre.

Forgeron:Nous avions besoin de concevoir Boba Fett, et tout ce que nous avions était des images en noir et blanc d'un acteur costumé qui avait été photographié dans le jardin de quelqu'un en train de se déplacer. Nous avons pris ce qui était là et l'avons transformé en une idée graphique.

Hirsh :J'ai dirigé les sessions de voix. Anthony Daniels (C-3PO) a eu le plus de dialogues et les autres acteurs sont venus pour de courtes sessions. Harrison Ford et les autres interprètes sont généralement venus et ont cloué des lignes, tandis que Mark Hamill était impatient d'essayer différentes choses. [Hamill poursuivrait une carrière réussie dans le travail de voix off.]

Hermann :Michael s'est fâché quand je lui ai dit que la princesse Leia portait une ceinture. Cela faisait partie de son costume, et ils ne l'avaient pas. Le refaire allait leur coûter beaucoup d'argent.

Hirsh :C'est possible. Lucas était content du résultat. Après la spéciale, nous sommes restés en contact et nous développions un projet avec Lucasfilm et les Bee Gees. Cela n'a jamais rien donné.

IV. ÉCHELONNEMENT

Thomas Searle via YouTube

Nelvana a eu un parcours relativement fluide jusqu'à la ligne d'arrivée par rapport à l'équipe de production en direct. Au moment où Binder était prêt à tourner la célébration culminante du «Jour de la vie» avec l'ensemble du casting et un groupe de Wookiees en robe, il ne restait pratiquement plus d'argent dans le budget pour un spectacle à grande échelle.

Liant:Personne n'a jamais mentionné qu'il n'y avait pas de jeu pour la fermeture. Le directeur artistique m'a dit que nous n'avions pas d'argent pour cela dans le budget. Alors j'ai dit : 'Pas de problème, sors et achète toutes les bougies que tu peux trouver dans le magasin.' Nous avons rempli une scène vide de bougies. J'avais expérimenté cela sur une autre spéciale, peut-être un spectacle de patinage sur glace de Victor Borge. Les bougies dans un environnement sombre dégagent un effet incroyablement créatif.

Hermann :La triste vérité est que tout le monde était tellement dépassé. Ken et Mitzie savaient que la dernière scène était un désastre. Ils sont venus me voir en disant : « Aidez-nous. » Mais George était hors de vue. C'était une production galopante.

Déchirures :Acomba et Lucas s'en étaient éloignés. Ils n'étaient pas là pour se battre pour quoi que ce soit.

Luc :Il n'arrêtait pas d'être retravaillé et retravaillé, s'éloignant dans ce pays bizarre. Ils essayaient de faire un genre de chose et j'essayais d'en faire un autre, et ça a fini par être un hybride étrange entre les deux.

Heider :Ils dépensaient beaucoup d'argent pour la location de scène, l'éclairage, un camion de télévision, et tout le monde passait de très longues heures. Cela s'est traduit par un gros problème budgétaire en dessous de la ligne.

Hermann :Honnêtement, un décor n'allait pas sauver cette scène. Tous les Wookiees portaient des masques Don Post [titulaire de licence de consommation].

Première le 17 novembre 1978,Le spécial vacances de Star Warsa été vu par 13 millions de téléspectateurs, une audience importante mais pas trop impressionnante pour le paysage télévisuel à trois réseaux de l'époque. Il est arrivé deuxième àLe bateau de l'amoursur ABC pour sa première heure, avec une baisse marquée après la conclusion du dessin animé à mi-parcours. Des Wookiees gargouillants et vêtus d'un tablier, des menaces impériales à petit budget – ils ne font rien de plus sinistre que de saccager la chambre de Lumpy – et une apparition de Jefferson Starship s'est avérée trop bizarre pour les téléspectateurs.

Liant:J'ai senti que vous deviez ouvrir avec un bang, vraiment attirer le public, faire en sorte que cela vaille la peine de s'asseoir et de regarder. La scène d'ouverture qui a duré aussi longtemps était une tuerie pour le public de la télévision.

Déchirures :Je n'avais aucune idée de ce qui lui était arrivé. Quand il a été diffusé, j'ai organisé une fête chez moi et j'ai commandé un service de restauration. Après la première publicité, je l'ai éteint et j'ai dit : « Mangeons ».

Liant:Le jour où j'ai fini de tourner, j'étais sur d'autres projets. C'est la seule émission dont je n'ai jamais monté ou supervisé le montage. Les Gallois avaient tout le poids de la spéciale non éditée entre leurs mains, et je me suis demandé quelle expérience ils avaient dans ce domaine étant donné qu'ils étaient des auteurs-compositeurs.

Heider :Quelqu'un a fait des choix en termes de durée de chaque scène à la télévision, et c'est vraiment douloureux.

Hermann :Je me souviens que je déménageais dans le comté de Marin le lendemain. J'étais chez un ami et leur fils était unGuerres des étoilesventilateur. Je lui avais donné tous les jouets. En le regardant le regarder, il s'ennuyait vraiment.

Liant:Ce que j'ai réalisé, c'est que le public n'a pas été informé que cela n'allait pas êtreGuerres des étoiles. Ce n'était pas le deuxième film. Ça allait être une émission de télé pour vendre des jouets aux enfants. C'était le vrai but de l'émission. Il était loin du budget d'un long métrage. [Lucasfilm et Kenner ont produit des prototypes de figurines d'action de la famille de Chewbacca; ils n'ont jamais été libérés.]

Heider :Je ne l'ai pas regardé quand il était allumé, mais j'en ai un exemplaire que j'ai acheté il y a plusieurs années sur eBay. Ce n'est pas une excellente copie, mais c'est suffisant pour montrer comment il a été découpé. Je n'ai pas pu m'asseoir tout entier en une seule fois.

Hermann :George détestait ça, mais il savait qu'il ne pouvait rien y faire.

Thomas Searle via YouTube

Liant:Je n'ai jamais rencontré Lucas, je n'ai jamais reçu d'appel téléphonique, quoi que ce soit. Ce qui m'a déçu. C'était son spectacle, il l'a développé. S'en éloigner totalement et le critiquer négativement n'était, à mon avis, pas cool.

Déchirures :L'une des raisons pour lesquelles j'ai accepté le poste était que je pensais que ce serait une rente. Chaque année, je recevais un chèque deGuerres des étoiles.

Hirsh :Je l'ai regardé. J'étais content de notre contribution. Ce fut une opportunité phénoménale pour notre petite entreprise. Nous devons travailler sur leDroïdesetEwoksdes spectacles animés plus tard.

Déchirures :Je sors encore dîner sur les histoires. Une fois, lors d'un dîner, l'un des serveurs avaitGuerres des étoilestatouages ​​de haut en bas de ses deux bras. Quand il a découvert que j'avais écrit le spécial, nous avons eu un meilleur service que n'importe qui dans le restaurant.

Luc :Je suis en quelque sorte amusé par ça, parce que c'est tellement bizarre. C'est définitivement une télévision d'avant-garde. C'est déjà assez mauvais pour être un classique.

Hermann :Ce qui est intéressant, c'est que le lendemain de la diffusion de l'émission spéciale était le jour du massacre de Jonestown. C'était juste un mauvais moment pour tout le monde.

Dwight Hemion (via NPR, 2002):C'était la pire connerie que j'aie jamais faite.

Cet article a été publié à l'origine en 2015.