Article

Démêler le mystère de 20 ans sur la façon dont « qui a laissé les chiens » est devenu un phénomène mondial

Un chant de football universitaire du milieu des années 1980. Un tas de paroles griffonnées sur un sac à pain Little Caesars. Un coiffeur punk rock nommé Keith. Ce ne sont là que quelques-uns des éléments apparemment aléatoires, mais tout à fait vitaux, du hit de Baha Men en 2000 « Who Let the Dogs Out », une chansonPierre roulanteune fois surnommée la troisième chanson la plus agaçante de tous les temps (seuls « Macarena » de Los Del Rio et « My Humps » de Black Eyed Peas sont mieux classés).


Cela fait 20 ans depuis la sortie originale du hit de nouveauté, et son crochet incroyablement contagieux est sans aucun doute toujours fermement ancré dans votre cerveau. C'était pratiquement incontournable en 2000, après tout, apparaissant sur grand écran (dans des films aussi variés queRazmoket à Paris,Course de rat, etHommes en noir II), lors de rassemblements politiques et pendant à peu près tous les événements sportifs avec un annonceur PA sans imagination.

où se déroulent les enregistrements de l'empire

Les Baha Men célèbrent les coulisses des Grammys 2001 après avoir remporté le prix du meilleur enregistrement de danse pour 'Who Let the Dogs Out'. Scott Gries/ImageDirect/Hulton Archive/Getty Images

Même les Grammys, la cérémonie de remise des prix la plus prestigieuse de l'industrie musicale, n'étaient pas à l'abri du charme réticent de la chanson. Le single a battu J.Lo, Enrique Iglesias et Moby pour remporter le Grammy du meilleur enregistrement de danse en 2001.


Bien que 'Who Let the Dogs Out' n'ait jamais dépassé le numéro 40 en Amérique, il a dominé les charts Down Under, a culminé au numéro 2 au Royaume-Uni et s'est vendu à des millions d'exemplaires dans le monde. Mais comme le dit le vieil adage, 'là où il y a un hit, il y a un bref'. Ainsi, au moment où Baha Men a demandé « Who Let the Dogs Out » aux World Series 2000, le groupe s'était retrouvé mêlé à un mystère bien plus intrigant et sans canine : qui était en fin de compte responsable de la chanson en premier lieu ?

Qui, quoi, où, pourquoi et quand ?

Baha Men, le groupe bahamien qui a fait de 'Who Let the Dogs Out' une requête populaire, n'a jamais proclamé avoir écrit le morceau. En fait, selon le membre Dyson Knight, il a fallu du temps pour convaincre le groupe de l'enregistrer une fois qu'ils ont entendu 'Doggie' de 1998, la version originale beaucoup plus frénétique et infusée de soca de la chanson de l'artiste trinidadien Anslem Douglas.



Mais Steve Greenberg, le manager de Baha Men, qui avait déjà conduit Hanson à la gloire des charts, était catégorique sur le fait que 'Who Let the Dogs Out' renverserait la fortune du groupe. Le groupe venait d'être largué par Mercury Records après avoir vendu moins de 800 exemplaires de leur album de 1998Doong Fessée.

combien gagnent les danseurs de sauvegarde

Greenberg n'était tombé sur la piste lui-même qu'à la suite d'une rencontre avec Jonathan King, l'un des non-conformistes musicaux les plus excentriques de Grande-Bretagne. King avait donné à l'hymne du carnaval une métamorphose euro-techno trash – avec un accent caribéen louche – sous l'un de ses nombreux alias déroutants : Fat Jakk et sa meute d'animaux de compagnie.

Greenberg a ouvertement dit à King que c'était l'une des pires choses qu'il ait jamais entendues, mais d'une manière ou d'une autre, il a toujours reconnu son potentiel de succès.

N'ayant jamais peur de souffler dans sa propre trompette, King a tenté de s'attribuer le mérite de la domination mondiale ultérieure de la chanson. Cependant, le coiffeur de King peut prétendre être tout aussi, sinon plus, instrumental dans son succès. Keith Wainwright, propriétaire du salon londonien préféré des punks Smile, a alerté King de «Who Let the Dogs Out» sur l'une des nombreuses mixtapes qu'il a compilées après chaque escapade dans sa bien-aimée Trinité-et-Tobago.

Anslem Douglas, l'homme qui a depuis fait valoir que la chansonnette apparemment jetable devrait être considérée comme un véritable hymne féministe a aboyé les woofs à cette occasion. Bien qu'il y ait peu de différends sur l'auteur de ses vers dénigrants (« Get back gruffy, mash scruffy / Get back you flea-infested bâtard »), plusieurs personnes se sont présentées pour revendiquer la propriété du ver d'oreille d'un refrain de la chanson.

Qui a mis leTramedans leOuaf, Ouaf, Ouaf, Ouaf?

Pour le rôle de Douglas dans le mystère 'Who Let the Dogs Out', il admet qu'il a initialement entendu le célèbre refrain de la chanson de son beau-frère, qui a déjà travaillé pour une émission de radio canadienne. 'Qui a laissé les chiens sortir?Ouaf, ouaf, ouaf, ouaf” était justement un jingle créé par Patrick Stephenson et Leroy Williams, deux producteurs qui travaillaient pour cette même station. En conséquence, Douglas a été contraint de reconnaître leur contribution dans un règlement à l'amiable.

Pourtant, l'année précédant ce jingle contesté, 20 Fingers - une équipe de production ironique célèbre pour leur top 20 'Short Dick Man' - a sorti 'You're a Dog', un hymne maison de sac à main qui utilisait presque exactement le même phrase.

à quoi les gens dépensent-ils le plus d'argent

En 1992, les adolescents Brett Hammock et Joe Gonzalez, alias Miami Boom Productions, ont accroché un crochet similaire au dos d'un sac à pain Little Caesars. Leur argumentation pour être les véritables auteurs est encore renforcée par la preuve de deux disquettes remplies d'enregistrements du chant d'amour-à-haine.

Il y a aussi une théorie qui boucle parfaitement la boucle. La couverture de Baha Men est devenue un favori de la MLB au tournant du siècle, les Mariners de Seattle et les Mets de New York se disputant même quelle franchise l'a adoptée en premier. Une vidéo prise au lycée Reagan d'Austin suggère que son appel et sa réponse ont également été introduits pour la première fois dans un contexte sportif beaucoup plus ancien : un rallye d'encouragement au football en 1986.

Un voyage acharné vers la vérité

Le récit légèrement ridicule, mais extrêmement fascinant, autour de la chanson est approfondi encore plus en détail dans le documentaire de 2019Qui a laissé les chiens sortir. Réalisé par Brent Hodge (Une histoire de Brony,Je suis Chris Farley), le film extrêmement divertissant voit l'artiste / conservateur Ben Sisto donner une conférence de style TED Talk sur son voyage de huit ans pour découvrir la vérité sur les origines de la chanson, entrecoupée d'interviews avec tous les acteurs clés.

Alors, qui Sisto, le plus grand expert mondial autoproclamé de « Who Let the Dogs Out », croit-il être le plus responsable du succès de la chanson ? 'Sans aucun doute, c'est Steve Greenberg', a déclaré Sisto à Trini Radio. 'Steve a formé S-Curve Records pour sortir la version de Baha Men. C'est son sens du marketing, ses liens avec l'industrie et son dévouement honnête envers le groupe qui ont abouti à l'explosion du morceau. Steve a juste travaillé dur, sous tous les angles.

Sisto a une théorie sur la raison pour laquelle le single a également touché une si grande corde sensible auprès des auditeurs. « La version de Baha Men s'ouvre a cappella. Les voix ont une gravité qui arrête tout le reste dans la pièce. Avant d'avoir le temps de réfléchir à ce que 'Who Let the Dogs Out' signifie même, l'auditeur est transporté dans un monde de pop, de junkanoo et d'aboiements à la fois accrocheurs et agaçants, hochant la tête et hurlant d'âme », dit-il. «Il semble également que les gens ne puissent pas décider exactement de ce que signifie la non-question. Qu'est-ce qu'il nous veut ? C'est comme si le principe d'incertitude lui-même était une chanson pop. D'une certaine manière, je pense que c'est cette confusion qui accroche les gens. Cela ressemble au goût de Doritos : contre nature, mais indéniable. »

Sisto a accepté que les origines de 'Who Let the Dogs Out' pourraient remonter encore plus loin que l'interprétation de la chanson par Greenberg, mais semble avoir mis fin à sa quête pour le moment. Ce qui signifie que nous ne saurons peut-être jamais vraiment qui a vraiment permis à ces satanés de s'échapper.