Article

Qu'est-ce que la trypophobie ? Et est-ce réel ?

Quand je regarde la photo ci-dessus d'une tête de graine de lotus inoffensive, la peau de mon cou rampe, mon cœur bat, mes épaules se serrent et je frissonne, j'en ai la chair de poule. Cela me donne envie de me mettre en boule sous mon bureau et de pleurer tranquillement.

Qu'est-ce qui provoque cette réaction viscérale intense ? Des trous. Plus précisément, des grappes de trous. Jetez un œil à cette image tout à fait innocente de lait bouillant dans une casserole, qui m'a fait crier et presque sauter de ma chaise :

comment les querelles familiales obtiennent leurs réponses
Crédit d'image: CWM93 via Imgur

Suis-je fou? Peut-être, mais pas parce que j'ai une forte répulsion pour les amas de trous et parfois les bosses. Au lieu de cela, j'ai ce qu'on appelle familièrementtrypophobie. Ce n'est pas une phobie officiellement reconnue ; vous ne le trouverez pas dans leManuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. Mais vous le trouverez partout sur Internet, et comme nous le savons tous, si c'est sur Internet, cela doit être vrai.

Le termetrypophobieLa rumeur dit qu'elle a été inventée en 2005 par une femme irlandaise anonyme dans un forum Web qui a clairement exploité l'air du temps de GAH ! L'utilisation du terme en ligne a vraiment décollé vers 2009, en particulier aux Philippines. Aujourd'hui, vous pouvez trouver d'innombrables exemples de personnes partageant des photos de trous qui les secouent profondément. Alors que beaucoup, comme la gousse de lotus et le lait bouillant, sontau natureldes clichés d'objets réels, pour la plupart inoffensifs, d'autres sont mal photoshopés mais néanmoins des images épouvantables de trous de cluster superposés principalement sur des corps humains, en particulier des visages. (Cliquez ici à vos risques et périls.)

De nombreuses images de trous, singuliers ou regroupés, déclenchent des personnes pour des raisons compréhensibles : elles représentent des blessures graves qui nécessitent des traitements comme des greffes de peau ; l'impact sur la chair des parasites comme les bots et les vers ; ou les ravages effrayants de la maladie. (Ensuite, il y a le crapaud du Suriname enceinte franchement horrible, dont tout le dos est grêlé de trous remplis par des bébés, qui à la naissance lui transpercent la peau et sautent de son dos comme des crapauds. Merci, évolution.)

Il est logique d'avoir une peur saine des choses qui peuvent nous mettre en danger. Mais pourquoi tomber en morceaux sur une pâte à crêpes ?



Ou pleurer sur le cantaloup ?

Quelles sont les considérations les plus importantes pour vous dans l'acceptation de votre prochain poste ?

Ou être effrayé par le corail ?

Les quelques recherches effectuées sur la trypophobie suggèrent qu'il s'agit d'une peur instinctive du mal causé par des choses légitimement dangereuses qui ont été transférées à des objets inoffensifs. Comme ils l'ont rapporté dans le journalSciences psychologiques, Geoff Cole et Allen Wilkins, deux chercheurs du Center for Brain Science de l'Université d'Essex, ont effectué une analyse spectrale sur 76 images induisant la trypophobie (tirées de trypophobia.com), et les ont comparées à 76 images témoins de trous qui n'ont pas ne déclenche pas une réponse révulsée. Ils ont découvert que les images de déclenchement partageaient une composition spectrale typique : des couleurs à contraste élevé dans une distribution spatiale particulière.

Ils disent que beaucoup d'animaux dangereux partagent ce regard. 'Nous soutenons que bien que les personnes atteintes ne soient pas conscientes de l'association, la phobie survient en partie parce que les stimuli inducteurs partagent des caractéristiques visuelles de base avec des organismes dangereux', ont-ils écrit. Considérez la pieuvre à anneaux bleus, qui est un venin mortel :

iStock

Dans la même étude, les chercheurs ont montré une photo d'une tête de graine de lotus (pouah) à 91 hommes et 195 femmes âgés de 18 à 55 ans ; 11 pour cent des hommes et 18 pour cent des femmes ont décrit la tête de semence comme « inconfortable ou même repoussante à regarder ».

D'autres doutent que la trypophobie soit autre chose qu'une combinaison d'anxiété, d'amorçage et de conditionnement, comme l'a expliqué la psychiatre et spécialiste des troubles anxieux Carol Mathews à NPR. Mais des recherches plus récentes menées par les scientifiques d'Essex, dans lesquelles ils ont développé et testé un questionnaire sur la trypophobie, suggèrent que les réactions trypophobes ne sont pas corrélées à l'anxiété.

combien gagnent les propriétaires de nfl

Toutes les images qui donnent aux gens les heebie jeebies trypophobes ne sont pas organiques. Les bulles de savon sont un déclencheur commun, tout comme les trous dans les roches. Voici de la mousse métallique en aluminium pour alimenter vos cauchemars. Prendre plaisir!

Crédit d'image: Metalfoam, Wikimedia Commons // CC BY-SA 3.0