Article

D'où vient le mot « Hoser » ?

Fans du légendaire sketch comiqueSCTVsont probablement familiers avec les personnages stupides de Rick Moranis et Dave Thomas, Bob et Doug McKenzie, les frères canadiens gorgés de bière Molson qui terminaient chaque phrase par l’interjection stéréotypée canadienne préférée de tous, « hein ». Mais c'est le slogan du couple – « Décollez, tuyau d'arrosage ! » – qui a vraiment gagné du terrain dans le langage populaire.

Lorsque les deux comédiens ont appelé quelqu'un un boyau, ils lui ont dit qu'il était un slob canadien idiot ou peu sophistiqué qui ne fait que regarder le hockey, porter des tonnes de flanelle et propager la vision légère et distraite du cliché masculin canadien moyen. Selon Stephan Dollinger de l'Université de la Colombie-Britannique, l'une des institutions travaillant sur la deuxième édition duDictionnaire des canadianismes sur les principes historiques-lesDictionnaire anglais d'oxfordentrée pour « hoser » cite le premier exemple écrit comme un article de 1981 dans leÉtoile de Torontoà propos des personnages de McKenzie, dans lesquels Moranis a déclaré « un tuyau d'arrosage est ce que vous appelez votre frère lorsque vos parents ne vous laisseront pas jurer ». Au-delà de cela, l'étymologie du mot est difficile à retracer, avec des origines informelles provenant de différentes traditions folkloriques et de l'histoire canadienne.

La dérivation non officielle la plus importante provient du passe-temps préféré de tous les Canadiens : le hockey sur étang. Chaque fois que des groupes se réunissaient pour jouer du shinny (un autre terme d'argot canadien, pour un match de hockey informel) sur l'étang local, l'équipe perdante devait ensuite arroser la glace avec de l'eau pour rendre la surface de jeu lisse à nouveau. Dans cette version de l'étymologie d'hoser, « hose » et « loser » ont été contractés pour fabriquer « hoser », ce qui lui donne une connotation familièrement négative liée au jeu national canadien.

Selon d'autres, cependant, le mot « hoser » est né de pauvres agriculteurs canadiens de l'ère de la Dépression qui utilisaient un tuyau pour siphonner le gaz du matériel agricole d'autres personnes parce qu'ils ne pouvaient pas le payer eux-mêmes. Mais cette définition est très probablement un langage familier verbal transmis de génération en génération ; il n'a pas de source formelle concrète.

À cause des moqueries de Moranis et Thomas sur la culture canadienne, « hoser » vit toujours dans le vocabulaire populaire, même si vous aurez probablement du mal à entendre de vrais Canadiens utiliser ce terme. Mais je sais ce que je leur dirais : « Enlève-toi, chausseur !

Image principale avec l'aimable autorisation de CBC.

Cet article a été publié à l'origine en 2013.