Article

Pourquoi les Saint-Bernard sont-ils toujours représentés avec des tonneaux autour du cou ?

Haut dans les Alpes près de la frontière entre l'Italie et la Suisse se trouve le col du Grand Saint-Bernard, utilisé par les humains pour traverser la chaîne de montagnes depuis l'âge du bronze. Alors qu'ils se dirigeaient vers le nord pour conquérir quelqu'un ou l'autre, les Romains y ont érigé un temple à Jupiter. En 1049, Bernard de Menthon (canonisé saint Bernard en 1681 et confirmé patron des Alpes en 1923) fit construire un hospice sur les ruines du temple pour abriter les voyageurs.


Un groupe de moines entretenait l'hospice, prenait soin des invités, servait de guides à travers le col et servait d'équipes de recherche et de sauvetage pour les voyageurs qui s'étaient perdus ou blessés. À un moment donné, les moines ont commencé à dresser leurs chiens, qui ont été amenés des villages des vallées en contrebas pour servir de chiens de garde et de compagnons, comme animaux de sauvetage. (On ne sait pas quand les chiens ont été amenés pour la première fois à l'hospice ou quand ils ont été dressés à des fins de sauvetage, car l'hospice a été détruit par un incendie à la fin du XVIe siècle et ses archives ont été perdues. Les historiens devinent mieux à partir de sources extérieures que les chiens d'abord est arrivé au monastère entre les années 1550 et 1660. La plus ancienne référence écrite aux chiens, le récit du prieur du monastère du cuisinier attelant un chien à une roue d'exercice de sa propre invention pour faire tourner une broche de cuisson, date de 1707). Les chiens, avec leur force, leur pelage résistant aux intempéries et leur odorat supérieur, étaient bien équipés pour guider et sauver les voyageurs.

jeu de trônes noms de dragons

Le Saint Bernard que nous connaissons aujourd'hui est le résultat de siècles d'élevage à l'hospice et aux alentours. L'arbre généalogique commence probablement avec les chiens de type dogue amenés en Suisse par les armées romaines se reproduisant avec les chiens indigènes de la région. En 1800, les moines avaient leur propre chenil et programme d'élevage, un creuset qui combinait les Grandes Pyrénées, les Grands Danois, les bouledogues, les Terre-Neuve et d'autres. Les chiens de l'hospice étaient bien connus dans la région et étaient diversement appelés Barryhunds (en hommage à Barry, un chien qui a sauvé 40 vies), Sacred Dogs, Alpine Mastiffs, Alpendogs et Hospice Dogs jusqu'en 1880, lorsque le nom ' St. Bernard' ?? a été officiellement désigné.

Et les barils ?

st-bernards-1.jpg

Les barils que nous voyons autour du cou des chiens dans les peintures et les dessins animés sont l'invention d'un enfant nommé Edwin Landseer. En 1820, Landseer, un peintre anglais de 17 ans, a produit une œuvre intituléeMastiffs alpins réanimant un voyageur en détresse. Le tableau représente deux Saint-Bernard debout au-dessus d'un voyageur tombé, un chien aboyant d'alarme, l'autre tentant de ranimer le voyageur en lui léchant la main. Le chien qui lèche a un tonneau attaché autour de son cou, qui, selon Landseer, contient du cognac.


Malgré le fait que le cognac ne serait pas quelque chose que vous voudriez si vous étiez pris au piège dans une tempête de neige - l'alcool provoque la dilatation des vaisseaux sanguins, ce qui entraîne une ruée vers votre peau et une baisse rapide de la température corporelle - et que les chiens n'ont jamais porté de tels barils, le fût à col est resté dans l'imaginaire du public et l'image a perduré.

richard simmons quand il était gros

[Crédit photo.]